Un nouvel hôpital en Martinique accueillera ses premiers patients en décembre

Vues : 5195

En attendant d’accueillir ses premiers patients vers la deuxième semaine de décembre, durant toute la matinée de ce jeudi 6 octobre, ce sont les acteurs du monde économique qui ont eu le privilège de visiter le NPT, nouveau plateau technique du CHUM, centre hospitalier universitaire de Martinique à la Meynard.

Ce bâtiment, est spécialisé dans la prise en charge des soins lourds et des soins critiques.  On y retrouve les urgences, la réanimation, la cardiologie ou encore la neurochirurgie .

Le bâtiment construit en triangle juste à côté de l’actuel hôpital Pierre Zobda Quitman est para sismique puisque il est isolé du sol grâce à ses vérins.

Il est donc opérationnel  même après un fort séisme grâce à  sa réserve d’eau, de fuel et des groupes électrogènes.

re-couloir

Au total ce NPT, à la couleur particulière,  marron orangé qui rappelle celle de la terre  héberge 190 lits.

L’aménagement du bâtiment a déjà commencé avec la réception du matériel neuf.

A partir du 28 novembre, le transfert des matériels existant dans l’hôpital Pierre Zobda Quitman comme les laboratoires et le service de stérilisation sera amené dans ce NPT.

Le mobilier va suivre quelques jours après.

Les premiers patients quand à eux seront accueillis dans la deuxième semaine de décembre 2016.

C’est la troisième fois que ce NPT est présenté à des acteurs bien ciblés. Il y a quelques mois, les élus ont eu l’occasion de le découvrir juste avant le personnel de santé. Ce jeudi 6 octobre, c’était donc au tour du monde économique de le visiter.

quatorze

« Ce n’est que justice que de permettre à ces partenaires financiers de découvrir en avant première ce nouvel établissement compte tenu de l’aide qu’ils apportent à l’hôpital »

Alors à la question concernant l’accueil de patients caribéens, le directeur répond que cet hôpital est d’abord pensé pour la population martiniquaise. Il peut soigner des patients venus de la Caraïbes et même d’Europe mais l’équilibre doit être respecté.

Rachel d’Auvergne / Photo : R A