Un parlementaire de 22 ans qui appelle les jeunes antillais à l’Action Politique

Vues : 746

« A la fin de mon adolescence, j’ai lancé une campagne de nettoyage dans mon quartier, que j’ai appelée Robinson ».
« C’était dans le centre-ville de Nassau. J’ai travaillé avec un petit groupe de résidents, nous avons discuté des problèmes et comment il fallait les résoudre » explique le jeune antillais, Travis Robinson.

Depuis, en bon communiquant et avec un bon leadership, le jeune homme qui conseille à ses concitoyens : « Ne réduisez pas vos rêves pour faire correspondre votre réalité, mais plutôt améliorer votre foi pour correspondre à votre destinée » a été élu député au Bahamas le 10 mai 2017.

Le cinquième Sommet annuel des leaders des jeunes des Caraïbes qui s’est tenu du 30 Septembre au 3 octobre 2017 au Jewel Runaway Beach & Golf Resort à St Ann en Jamaïque a permis de connaître celui qui est le plus jeune parlementaire dans la Caraïbe.

En compagnie du Secrétaire parlementaire du ministère du Tourisme des Bahamas le jeune parlementaire Travis Robinson originaire de Nassau au Bahamas a discuté plus d’une demi-heure. Racontant son parcours aux jeunes de différentes nationalités dans la salle. Travis Robinson les a « exhorté à se mettre en avant pour servir leur communauté et leur Pays » rapporte The Nassau Guardian

Le plus jeune parlementaire de la Caraïbe a donné des pistes aux jeunes caribéens qui suivaient le sommet, pour qu’ils participent de différentes manières à la vie de leur société. «Travis Robinson a cité l’environnement, l’activisme communautaire, les médias et la réforme de l’éducation. des domaines », selon lui, dans lesquels les jeunes peuvent jouer un rôle important.

Et, précise le magazine The Caribbean, dans son discours,  le jeune parlementaire a conclu en demandant aux jeunes antillais, à participer plus tôt, aux affaires politiques, administratives et associatives de leur Pays  : « En tant que jeune homme de 20 ans, je suis à la hauteur de l’énergie mentale et physique et de la vitalité, et je veux donner les meilleures années de mon vie en service dans mon pays. Pourquoi devrais-je attendre jusqu’à 45 ou 55 ans, quand je suis plus âgé et plus fatigué, pour servir mon pays? » 

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy
Image The Guardian Nassau/Source The Government of Bahamas


2 commentaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *