Un policier guyanais s’est suicidé devant son domicile à Fleury-Mérogis

Vues : 2350

Un jeune policier guyanais s’est suicidé sur le parking de son domicile mardi matin.
A Fleury-Mérogis, à 11 heures hier, les secours ont découvert Anthony C. décédé de ses blessures par arme à feu.
Le père de famille s’est donné la mort avec son arme de service, un sig-sauer, une arme utilisée par les policiers, les gendarmes et les douaniers.
Le jeune homme âgé d’une vingtaine d’années sortait récemment de l’École de Police de Nîmes. Après sa formation en juin, il était affecté dans la Brigade de Roulement comme policiers secouristes à Corbeilles Essonnes.
Anthony C. a laissé plusieurs lettres pour expliquer son geste, qui soulignaient son « mal-être ».
Ses collègues sont bouleversés, ils ont du mal à comprendre son départ brutal.
Après le suicide du policier guadeloupéen, Manuel T. en avril dernier, l’Association de policiers ultramarins GPX a sensibilisé des élus d’outre-mers pour qu’ils réagissent aux suicides et aux problèmes récurrents à leur isolement géographique, comme leur mutation ou leur malaise en France, nous indique Jimmy Terrine, responsable du groupe.
Les députés de Guadeloupe, Ary Chalus ou Eric Jalton comme celui de Martinique Jean-Philippe Nilor, ont alerté le Gouvernement, mais ils sont toujours sans réponse.
Le jeune policier Anthony C. était père d’un enfant, il était en France depuis un an.

Dorothée Audibert-Champenois

 


1 commentaires :

Les commentaires sont fermés