Un rescapé retrouvé sur le Navire de pêche « Patience » après 5 jours en mer

Vues : 218

Le lundi 18 juillet vers 22h00, le Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage en mer de la zone Antilles – Guyane (CROSS AG) avait reçu une information selon laquelle un pêcheur professionnel parti de Basse-Terre le matin même, à bord du F/V PATIENCE n’était pas rentré à bon port.

Le CROSS AG a alors coordonné une vaste opération de recherche en mer pour laquelle de nombreux moyens aériens ont été sollicités, l’hélicoptère de la Sécurité civile « DRAGON 972 », l’avion des garde-côtes hollandais « DASH 08 » et l’avion des garde-côtes américain « HC 144 ». La couverture totale des différentes zones de recherche a avoisiné les 15 000 km2.

En dépit de tous ces moyens, le navire de pêche « PATIENCE » n’avait pas été localisé. Les recherches avaient continué par moyens non dirigés et d’opportunités avec une diffusion régulière des MAYDAY RELAY auprès des navires croisant dans la zone et demandant de reporter toutes informations au CROSS AG.

Le vendredi 23 juillet, le CROSS AG reçoit en fin de soirée un appel du navire ASTRO PHOENIX, pavillon Grec, nous reportant avoir récupérer à son bord le naufragé du F/V PATIENCE, à plus de 450 km de Basse-Terre. La consultation médicale avec le Centre de Consultation Médicale Maritime de Toulouse a confirmé que le rescapé était en bonne condition physique (pour une personne ayant séjourné plus de 5 jours en mer). Son rapatriement vers la Guadeloupe est en cours.

Bien que l’issue soit heureuse, le résultat était incertain. Le CROSS AG rappelle que même si l’emport des moyens de sécurité (radio VHF et balise de détresse) n’est pas obligatoire pour tous les types de navire de pêche, leur efficacité n’est plus à démontré.
Effectivement, la radio VHF permet au navire en avarie de communiquer directement avec le CROSS AG ou les navires autour. La balise satellite aurait permis, elle, de signifier immédiatement la détresse en donnant une position du navire.

Le CROSS AG rappelle enfin que le 196, composé à partir d’un téléphone fixe ou portable, est un numéro d’urgence gratuit permettant de prendre directement contact avec le centre en charge de la coordination du sauvetage en mer.