Une arnaque à l’embauche bien ficelée

Vues : 35

directeur_hotel

C’est une histoire rocambolesque, mais malheureusement encore trop courante, dont a été victime une femme en Martinique.

Nous l’appellerons Gabrielle. Invitée chez des amis, Gabrielle fera la connaissance d’un homme. La soixantaine, cheveux gris, tenue correcte et lunettes, ce dernier se dit être le directeur de l’hôtel en construction à la Pointe Simon. Rien, selon Gabrielle, ne saurait laisser penser qu’il s’agissait d’un escroc; d’autant qu’il avait l’air bien renseigné sur la direction du groupe Accor dont il était censé faire partie.

L’occasion était trop belle; il ne fallait surtout pas la rater.

A la recherche d’un emploi, Gabrielle n’hésitera pas à mettre en avant ses compétences, allant jusqu’à remettre un CV au fameux directeur. Ce dernier lui fera signer un contrat en bonne et due forme, en apparence. Les choses vont s’enchaîner assez rapidement et Gabrielle commencera à travailler au début du mois d’avril, de chez elle, en compagnie du fameux directeur. Etant dans une pseudo phase d’embauche, il lui demandera de convoquer un certain nombre de personnes en vue de les faire passer des entretiens. Les rendez-vous pris, Gabrielle se verra obligée de mettre ceux-ci en stand by, son fameux directeur prétextant des travaux dans les locaux devant les recevoir.

Ce sera le début de la descente aux enfers.

Affirmant être dans l’attente d’un logement de fonction, notre homme déclarera ne pas disposer de temps suffisant pour son ameublement et demandera à Gabrielle de s’en charger. Cette dernière, la pauvre, s’exécutera en déposant une caution auprès du magasin; soit un chèque d’un montant de 4500 €. Le chèque sera encaissé quelques temps plus tard pour cause de meubles non récupérés.
Quelques évènements vont sembler suspects à Gabrielle, mais elle sera vite rassurée par son directeur, notamment sur une question de retard de salaire. Mi mai, elle aura l’heureuse surprise d’être crédité de la somme de 10 000 euros.

Après la pluie vient le beau temps; mais seulement, le beau temps, lui, ne durera pas.

Propriétaire d’une société de prestation de services, Gabrielle se rendra compte qu’un chèque de 10 000 € avait été émis à son insu. Quelques temps plus tard, un autre chèque, cette fois d’un montant de 18 000 €, sera également émis. Gabrielle, qui se retrouvera très vite dans une situation alarmante, portera plainte auprès de la gendarmerie de sa localité.

Entre temps, le fameux directeur, dont finalement personne ne connait l’existence, habitué aux déplacements professionnels, prétextera un voyage d’affaires d’où il ne reviendra pas. Gabrielle se retrouve alors avec, entre autres, un interdit bancaire et une somme de problèmes à gérer.
N’ayant plus de revenus, elle tentera de négocier une solution auprès de sa banque et du magasin ayant encaissé son chèque de caution.

Selon nos confrères de France-Antilles Martinique, qui a relayé ce témoignage, la situation de Gabrielle devrait tout de même s’arranger puisque, selon ces derniers, la chef d’agence de la banque se serait montrée compréhensive et aurait promis de tout faire rentrer dans l’ordre cette semaine.