Une boutique Afro victime de racisme en plein Paris


Publié dans : Actualites, France
Mots clés : , ,
Vues : 2534

Hier matin (20 janvier) un message raciste a été placardé sur le rideau métallique d’une boutique afro. Installée dans un beau quartier de la capitale, cette boutique semble gêner une partie des habitants du quartier par son caractère afro.

La gérante de cette boutique spécialisée dans les produits capillaires pour cheveux afro a eu la mauvaise surprise de trouver un message peu amical affiché sur la devanture de son magasin.

« Nous ne voulons ici pas de boutique AFRO de vente de cheveux en plastique. Nous ne voulons pas d’un futur quartier Château-Rouge ou Château d’Eau qui est devenu un quartier poubelle…Nous ne voulons pas de la clientèle des logements sociaux…. Pourquoi c’est toujours vous africain qui demandez et obtenez toutes les subventions et gratuité ? Vous êtes là mais vous n’êtes pas les bienvenus »

Bien sur l’auteur de cette lettre n’a pas eu le courage de la signer. Un message rempli de préjugés et entaché de racisme. La gérante, face à cela, ne s’est pas démontée. Elle a préféré partager cela sur les réseaux sociaux, en expliquant bien sa démarche. Elle compte bien continuer son activité. Preuve qu’en 2016 le racisme est toujours présent qu’on le veuille ou non. Sur la toile les internautes saluent le courage de la gérante et la soutiennent à 100%. En réponse à ses détracteurs anonymes (ils le sont toujours dans ces cas-là), elle répond ceci :

« Je ne suis pas naïve, je sais qu’il y a encore des racistes ! Dans cette lettre, il (ou elle) parle de boutique afro qui vendrait des cheveux en plastique. Pourtant il n’y a aucune extension de cheveux dans cette boutique… mais ça viendra (avec des mèches de top qualité). Il n’ose même pas dire le fond de sa pensée car c’est l’enseigne Colorful BLACK qui dérange… Eh bien oui, ma boutique a été créée pour permettre à la communauté BLACK d’accéder à des produits adaptés à ses besoins. Ceci dans un quartier agréable, au coeur de Paris. J’assume et je revendique mon choix !!! »

En espérant que ces derniers aient, eux aussi, compris le message.

Depuis elle a porté plainte contre X, voici ce qu’elle déclare sur sa page : « J’ai passé 2 heures au commissariat ce matin… et l’affaire leur plait beaucoup, ça ne sera pas sans suites« 

A.G