Une fonctionnaire du Conseil Général Martinique détourne 188.000 euros d’allocations de personnes décédées

Vues : 17

Une fonctionnaire du Conseil Général Martinique est soupçonnée d’avoir détourné plus de 100.000 euros d’allocations à partir des relevés bancaires de personnes décédées.

188 000 euros auraient été détournés depuis 2007 par cet agent du service des personnes âgées et handicapées. En place depuis 26 ans au Conseil Général Martinique, elle aurait reconnu les faits.

Le service des personnes âgées et handicapés du conseil général est au centre d’un vaste détournement de fonds. Une enquête interne diligentée il y a deux mois a révélé qu’un peu plus de 188 000 euros d’allocations avaient été détournées au bénéfice d’une employée affecté à ce service : l’agent avait mis en place tout un système qui lui permettait d’encaisser des sommes allant de 500 à 1000 euros par dossier : le conseil général a porté plainte.

Une enquête interne

Lorsque la nouvelle majorité arrive aux affaires au Conseil Général, elle met en place des contrôles, pour mieux contrôler les allocations gérées par ses services. Les premières investigations menées dans le service de l’aide aux personnes âgées ont permis d’établir que pas moins de 3000 euros d’allocations avaient été détournés.

Dans le même temps, des notaires informent la collectivité des successions ouvertes au nom de personnes décédées, soit au nom de personnes qui continuent à percevoir des aides malgré leur décès. Autant d’éléments qui ont encouragé les services à pousser leurs investigations beaucoup plus loin : la fraude passe de 3000 à 16 000 euros. Autre découverte en remontant jusqu’en 2007, après étude de 80 dossiers : 188 697, 08 euros auraient été détournés.

L’agent percevait les allocations de personnes décédées

L’agent mis en cause, toujours présumée innocente, en poste depuis 26 ans au Conseil général, a reconnu sans trop grande difficultés les faits en expliquant comment elle avait réussi à détourner cet argent.

Les sommes détournées auraient été versées sur des comptes bancaires de proches. L’agent aurait mis en place pas moins de trois méthodes : elle aurait maintenu les droits d’un bénéficiaire décédé, changé ensuite le numéro du compte bancaire du bénéficiaire et continué à verser l’argent puisqu’elle menait l’instruction des dossiers du début à la fin. Elle aurait aussi créé des bénéficiaires avec les références de divers dossiers et associé à ces bénéficiaires des numéros de comptes bancaires. Enfin si l’allocation avait été suspendue, parce que le bénéficiaire était hospitalisé ou avait quitté la Martinique, l’agent aurait attribué la somme à l’un de ses proches. Pour falsification présumée de documents, création de dossiers en l’absence de toutes pièces, et détournements de fonds, le conseil général a porté plainte et a engagé une procédure disciplinaire contre l’agent.

sources : rcimartinique.fm