Une guadeloupéenne au ministère de la Justice, mère, attachée de presse et directrice d’association

Vues : 9124

Elle ne compte pas ses heures et ses journées sont bien chargées. (ci-dessous, Lydia à la Chancellerie, le 17 mai 2017, en compagnie de l’ancien ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas)

Lydia Ponchateau est une mère de famille qui travaille à temps plein comme assistante de cabinet au Ministère de la Justice et qui participe activement à la vie associative et culturelle de la communauté ultramarine de métropole.

Après ses activités au Ministère de la justice, il lui arrive de changer de blouse et elle devient la directrice générale sur qui on peut se reposer.

Ce mardi soir 23 mai, Lydia est au rez-de-jardin du Salon Pierre-Charles Krieg dans le 7ème arrondissement de Paris, elle prépare avec son équipe un événement sportif.

En compagnie du guadeloupéen Rosan Royer et de Jocelyn Capresse (directeur technique), Lydia Ponchateau, lance la septième édition de la Domtomcup. La Domtomcup est l’événement phare du RISI, le Réseau Initiative Stratégie Intelligence, chaque année a lieu des matches entre des équipes dont les membres sont issus des régions d’outre-mer. Un tirage au sort désigne les groupes qui s’affrontent selon leur catégorie A ou B.

Pour cette nouvelle édition, les équipes tirées au sort, sont celles de Mayotte, de l’Ile-de-France, de Guadeloupe et du Cap Vert pour le groupe A. Madagascar, Guadeloupe, Martinique, Nouvelle-Calédonie et Réunion, Haïti, Comores et Guyane pour le groupe B.

Nouvelle année, nouveau lieu, c’est au complexe Léo Lagrange à Bonneuil-sur-Marne que sont prévues les rencontres qui favorisent les échanges sportives mais aussi culturelles entre les ressortissants des départements d’outre-mer.

Créée en 2011 par Rosan Royan, l’Association RISI est une organisation qui « comble un vide » pour les jeunes sportifs ultramarins. La raison d’une telle entreprise pour le président du RISI (Réseau Initiative Stratégie Intelligence), c’est de permettre aux sélectionneurs métropolitains de repérer les jeunes sportifs qui évoluent durant les tournois.

Aujourd’hui, le RISI a pris son envol et des personnalités de la Région Ile-de-France viennent, par leur présence, soutenir les actions du RISI.


Ce mardi, Valérie Pécresse présidente de la région d’île-de-France étant absente, c’est Patrick Karam, le vice-président de la région, chargé des sports, de la jeunesse et de la vie associative, qui s’est déplacé pour le tirage au sort des groupes qui seront en compétition du 24 au 25 juin prochain, de 9 heures à 18 heures dans le Val de Marne.

Au rez-de-jardin du Salon Pierre-Charles Krieg, Lydia Ponchateau est un élément déterminant pour l’association qui dit-elle « avait besoin de cohésion et de communication ». Depuis un mois, la guadeloupéenne née au Lamentin est nommée directrice générale du RISI, où elle propose ses services comme bénévole.

Mais Lydia qui vit à plus de 100 à l’heure trouve encore du temps pour aider un de ses compatriotes d’origine guadeloupéenne comme elle. Cette fois, elle endosse la casquette d’attachée de presse. A la Porte des Lilas, au siège de l’UNE (Union Nationale Economique), l’antillaise coordonne tous les rendez-vous de Jean Morandais. L’ancien candidat à la présidentielle et fondateur du parti l’UNE est actuellement en lice pour les législatives dans la 3ème circonscription Nord-Basse-Terre en Guadeloupe.

Il y quelques années, une licence de sociologie à Paris X-Nanterre, propulse Lydia Ponchateau dans les cabinets du Ministère de la Justice. A L’hôtel de Bourvallais, siège du garde des Sceaux, la guadeloupéenne, assistante de cabinet, a suivi depuis son poste de fonctionnaire, de nombreuses passations de pouvoir. Sa rencontre la plus marquante, sera celle de la guyanaise Christiane Taubira entre 2012 et 2016.

Aujourd’hui, elle assiste à l’arrivée d’Emmanuel Macron au pouvoir et vient de connaître le nom de son nouveau patron. Lydia Ponchateau est depuis deux semaines au cabinet du nouvau ministre de la justice, François Bayrou. Lequel remplace Jean-Jacques Urvoas , ci-dessus lors de sa passation de pouvoir, le mercredi 17 mai dernier.

Enfin, la « wonderwoman » s’accorde du temps pour se détendre et alléger son planning overbooké. Avec méthode, Lydia Poonchateau se laisse aller à des cours de fitness, fait du jogging et s’installe dans des fauteuils confortables pour assister des représentations de théâtre.

Son dernier spectacle, c’était il y a deux mois à l’Auguste dans le onzième arrondissement de Paris.

La troupe du guadeloupéen Franck Salin dit Frankito, interprétait une pièce écrite et mise en scène en créole : « Bodlanmou pas Lwen ». (ci-dessous, la fonctionnaire de justice termine la soirée du tirage au sort au RISI avec Marie-Antoinette Séjean).

Fan de l’écrivain Franck Salin, Lydia Ponchateau a décrocher en librairie son dernier roman « Le grand frisson », en attendant de reprendre ses multiples activités qu’elle coordonne avec passion.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook C’news Actus Dothy
Photos Facebook/MAS


2 commentaires :

  1. Lutin

    RSI je comprends pas trop.
    On parle d’outre mer , de cap vert , de madagascar…
    C’est quoi le fond de commerce réellement? Les non blancs?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *