Une jeune martiniquaise mise en examen pour des projets d’attentats à Paris évoqués via Facebook

Vues : 6522
facebook

L’information a été révélée par un article publié par le site L’Express. Quatre adolescentes, dont trois mineures, ont été interpellées la semaine dernière (9 mars). Parmi elles, deux sœurs de 17 ans, d’origine martiniquaise dont une a été mise en examen. Il leur est reproché d’avoir fait des projets d’attentats sur Paris via les réseaux sociaux.

Le projet était resté à l’état d’idée car aucune arme ni substance explosive n’a été retrouvé lors des perquisitions des domiciles des quatre jeunes filles. Deux d’entre elles ont été placées en garde à vue par les enquêteurs de la DGSI avant d’être mise en examen. La plus âgée a été rebaptisé Mélissa, elle a 17 ans, est d’origine Martiniquaise et habite en Seine-et-Marne.

C’est avec sa jumelle, qu’elle rentre en contact avec une adolescente de 15 ans situé à Lyon. Cette dernière est identifiée comme la plus radicalisée du quatuor. Elles ont toutes les deux été mise en examen pour association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste. Celle de 15 ans a été placée en détention provisoire et Mélissa est sous contrôle judiciaire. La jumelle de cette dernière et la quatrième du groupe, une jeune majeure, n’ont pas été poursuivi.

Ce sont leurs messages échangés sur Facebook qui ont attiré l’attention des enquêteurs. Au départ, les jeunes filles, semblent fascinées par Hasna Aïtboulahcen, la cousine du terroriste Abdelhamid Abaoud, tuée lors de l’assaut de Saint-Denis le 18 novembre 2015.
Au fil du temps elles commencent à parler d’armes et de ceintures explosives, avant d’évoquer des lieux d’attentats comme les salles du Casino de Paris et de l’Accor hôtel Arena (Paris Bercy). Les filles ne se sont jamais rencontrées dans la vraie vie et ne se connaissent que via des conversations en ligne.

Leur avocat conseil, explique que la jeune Melissa était « en voie de radicalisation », mais elle  « n’a pas achevé sa mue ». Les deux adolescentes ont grandi en Martinique avec leur père. Cela fait quatre ans qu’elles ont rejoint leur mère en Métropole. Cette dernière exerce la profession d’aide-soignante en région parisienne.

A.G

Photo d’illustration : Google images


1 commentaires :

  1. james

    Bande d’idiotes ! pani education ! matinik zot soti, mé zot fan de sé arabe la bande imbecile ! kisa yo ni an tete a yo sé manmay ?

Les commentaires sont fermés