Une jeune martiniquaise soutenue par Emmanuel Macron, elle a créé une application pour les malades de la drépanocytose

Vues : 6470

Hier soir, jeudi 29 juin, en présence du Chef de l’Etat, Emmanuel Macron le projet de la jeune Laëtitia Defoi a été retenu pour inaugurer L’incubateur F, créé par le  Président-directeur général de Free, dans lequel elle pourra développer son application Drepacare pendant six mois.

Elles sont trois ( Laëtitia Defoi, Anouchka Kponou et Myriam Ait Zerbane) à avoir mis en place cette application qui a pour but d’informer le public sur la Drépanocytose, une maladie invalidante et héréditaire qui détruit les globules rouges des porteurs du gêne.

Dans le cadre de leur recherche, Laëtitia Defoi et Anouchka Kponou étaient invitées par Xavier Niel, le créateur de la station F où une grande fête était organisée au 55 Boulevard Vincent Auriol dans le 13ème arrondissement. Pour montrer son soutien à cet incubateur géant, le Président de la République et sa femme Brigitte Macron ont répondu à l’appel de Xavier Niel.

Une aubaine pour l’étudiante originaire de Saint-Joseph en Martinique, qui avec ses partenaires pourra développer son projet Drepacare en bénéficiant de l’appui de professionnels pour mieux optimiser son entreprise. Des professionnels qui connaissent le monde de l’entrepreneuriat, nous précise Laëtitia, et « qui pourront leur donner des ficelles pour développer leur SAS ». C’est l’ambition de Xavier Niel en mettant cet incubateur F à la disposition des jeunes qui créent leur business.

Ce jeudi soir, des investisseurs et des partenaires financiers ont pu répondre aux questions des futurs chefs d’entreprise choisi pour intégrer l’incubateur F. L’incubateur, « C’est une sorte de grande couveuse qui abrite beaucoup d’entreprises innovantes pour les aider à lancer au mieux  leur entreprise » nous explique Laëtitia Defoi.

A Paris 13 , elles ont créé une application Drepacare pour tous les malades de la drépanocytose mais aussi pour informer ceux qui ne connaissent pas la maladie. Ce lundi 26 juin, où nous la rencontrons à Villetaneuse, la jeune femme porteuse du gène de la maladie, s’active pour mettre en place plus de fonctionnalités à son application.

Une application qu’elles ont mise en forme grâce à la collaboration d’un développeur pour la technicité et une graphiste pour le design.

Un projet soutenu par la cellule PEPITE (Le pôle Pépite Paris Centre)  au sein de Paris 13ème qui les encadre et leur donne les moyens de travailler à temps plein sur Drepacare. Les trois jeunes femmes présententeront leur application Drepacare, c’est-à-dire  leur mémoire  dans quelques semaines.

C’est le système de l’Entrepreneuriat étudiant qui leur permet de démarrer un projet jugé viable par leur Université.

Laëtitia qui est infirmière, a repris ses études il y a deux ans , Anouchka est ingénieure en biologie spécialité nutrition et Myriam est pharmacienne. Toutes les trois, se sont rencontrées lors d’une session de formation et ont décidé ensemble de fonder Drepracare, une SAS pour développer leur application.

En septembre prochain les trois étudiantes qui préparent leur Master en Santé publique seront diplômées et intégreront l’incubateur F pour augmenter leur chance de pérenniser leur SAS.


Il s’agit dit Anouchka « de s’entourer d’experts, de spécialistes pour faire mûrir le projet Drepracare » qui commence à être connu du public et des spécialistes de la Drépanocytose.

Reportage Dorothée Audibert-Champenois/Facebook C’news Actus
Images C’news Actus Dothy/SAS Drepacare