Une marche et une pétition pour une vraie politique de lutte contre les violences envers les femmes en Martinique

Vues : 500

Après le meurtre barbare de Jessica au Vauclin le week-end dernier, l’Union des femmes de la Martinique organise une marche rouge le jeudi 25 janvier à Ducos, pour exprimer sa « révolte contre ces meurtres aveugles, et toutes ces violences dont souffrent les femmes dans notre pays ! »

L’association déclare :

A peine 4 mois après le meurtre de Leila, nous pleurons aujourd’hui Jessica, portant à 28 le nombre de femmes assassinées par leur conjoint depuis 1998 en Martinique. Nous ne pouvons pas, ne pourrons pas rester silencieux-ses.

L’UFM a également lancé une pétition en ligne pour une véritable politique de lutte contre les violences envers les femmes en Martinique. Plus de 600 signatures ont été obtenues pour le moment .

Communiqué :

TOUTES ET TOUS ENSEMBLE POUR EXPRIMER NOTRE COLERE !
TOUTES ET TOUS ENSEMBLE, MARCHONS EN ROUGE
CE JEUDI 25 JANVIER

Pour exprimer notre soutien à la famille de Jessica, dont nous partageons la peine,
Contre cette barbarie machiste qui l’a tuée ce dimanche 21, qui blesse, rabaisse, prive de leurs droits des centaines de femmes au quotidien.
Rassemblons-nous pour dire que nous n’en voulons plus !
Pour une vraie politique locale de lutte contre les violences envers les femmes
Nous ne voulons plus de résignation !

L’Union des Femmes de Martinique,
avec l’accord de sa famille, en partenariat avec l’Association La Canne
et le soutien de ses collègues,
appelle femmes et hommes à venir nombreux-ses
à une Grande Marche rouge

JEUDI 25 JANVIER – RDV A 18H
à DUCOS LIEU DE NAISSANCE ET DE VIE DE JESSICA
DEVANT L’EGLISE DE DUCOS
ATTENTION LE LIEU A CHANGE A LA DEMANDE DE LA FAMILLE
une possibilité de transport en BUS est à l’étude (si besoin nous contacter au 0596 71 19 63)

Signez aussi notre pétition pour la mise en place d’une vraie politique locale de lutte contre les violences envers les femmes, disponible à partir d’aujourd’hui sur les réseaux sociaux et au siège de l’UFM.

Signez la pétition ici