Une mère organise l’arrestation de son fils de 10 ans pour le discipliner

Vues : 356

Une mère originaire de Colombus, en Géorgie, a organisé la fausse arrestation de son fils de 10 ans avec l’aide de la police, pour lui donner une bonne leçon.

Chiquita Hill est dépassée, elle ne sait plus quoi faire pour discipliner son fils Sean, âgé de 10 ans. L’enfant est un vrai petit cancre à l’école.

«Votre enfant est grossier, irrespectueux, n’écoute pas en cours, me répond, et ne travaille pas en classe!», lui rapporte son professeur. La semaine dernière, l’enseignant s’est même déplacé au domicile de l’élève pour lui parler. Mais «ses mots sont entrés d’une oreille, et ressortis de l’autre», a expliqué la mère de 33 ans à ABC News. «C’est là que j’ai compris qu’il fallait que je fasse quelque chose pour le secouer».

Elle décide alors de prendre son téléphone et d’appeler la police de son département et leur explique qu’elle aimerait donner une « bonne leçon » à son fils. A sa grande surprise l’officier au bout du fil accepte de l’aider.

Ce dernier envoie plusieurs agents de police au domicile de l’enfant. «Sean ne voulait pas me croire… jusqu’au moment où ils sont arrivés à la porte», explique Chiquita Hill. Sans hésiter les policiers passent les menottes au petit de 10 ans et l’installe à l’arrière du véhicule de patrouille, pendant cinq bonnes minutes. Un officier prend même le soin de le conduire quelques mètres, «juste pour lui faire peur».

chiquita-hill

La mère Chiquita Hill

«Tout est arrivé si vite», a déclaré Chiquita Hill. «Il n’a pas eu le temps de réagir… Il avait très peur, il a fondu en larmes», a-t-elle rajouté. «Je suis fière de l’avoir fait. Il aura 11 ans dans un mois. Il va beaucoup changer. Avec tout ce qui s’est passé dans le Missouri et à Baltimore, je préfère réagir maintenant pendant qu’il est encore impressionnable.»

A ceux qui critiquent sa méthode et craignent que cela ne traumatise le petit,  elle leur répond sur Facebook :

Mes enfants sont heureux et en bonne santé. Chacun à sa façon d’éduquer ses enfants et ça c’est la mienne. Je me suis occupée du problème avant que cela n’arrive au même stade que la mère de Baltimore.

Selon Chiquita Hill, la punition (certes mémorable) a marché et son fils se comporte nettement mieux aujourd’hui. Son enseignant est également très content du changement.

Photo : Facebook

 


9 commentaires :

  1. paindoux

    Avant qu’il ne devienne un petit caïd incontrôlable, vous avez trouvé la bonne solution valable chez vous aux USA.
    Je vous approuve complètement.

  2. Safinirasunjour

    Dommage , t arriver à utiliser un symbole d oppression pour éduquer sont enfant , mais cela fait partie des séquelles métaux d un système bien rodée depuis plus de 500 ans . Je ne dit pas que les jeunes ont raison de sortir dans la rue pour aller écraser ou faire des choses inutiles . Mais démain quand il continuerons a tuer d autre comme des lâches qu ils on toujours ete derrière leur symbole de loi raciste . Nos enfants resterons inerte face à tant de violence et doivent rester chez eux comme de bon petit. Pk toujour relever se genre d exemple quand il s agit de noir essentiellement .

  3. Baivel

    Bravo!!!, je suis tout a fais d’accord avec vous!!! mais bon courage pour le critique des autre qui laisse fais
    marcher sur leurs tête par leurs enfants , je suis contente pour vous ,Bravo!!! le mot est faible.

  4. Eve

    Établir ses relations avec ses enfants sur deux fondations : la peur et la dépendance, est classique mais pas efficace à long terme et peut avoir beaucoup de conséquences désastreuses pour la relation et pour l’enfant !!

  5. kinta

    Ce modèle d’éducation à la con, doit-il être utilisé dans nos contré; ma réponse est sans équivoque : non.
    Je crois fortement que l’éducation commence dès les premiers jours et non pas quand l’enfant commence à pourrir la vie des parents et des adultes. Faire appel à autrui pour se faire respecter par un merdeux de dix ans est ahurissant cela veut dire que ce parent n’a plus aucun contrôle sur cet enfant et qui sait ce qui peut se passer demain lorsqu’il aura décidé de faire une grosse connerie, la police sera t elle présente pour l’en empêcher ?
    Bravo les ricains

  6. aliblaise

    Je ne jugerai pas cette mère elle aime son fils, beaucoup se cachent derrière le » ce n’est pas sa faute ou le je m’en fous »cessez de juger!à chacun sa méthode. Si certaines mères prenaient les devants beaucoup de nos jeunes ne seront pas dans cet état..Madame si cela a changé sa vie tant mieux.

Les commentaires sont fermés