Une mort suspecte après une arrestation des gendarmes, déclenche une nuit de violence

Vues : 7359

Peut-être une bavure des gendarmes à Beaumont-sur-Oise dans le Val d’Oise en région parisienne. Dans le quartier de Boyenval, hier, dans la nuit du mardi 19 au mercredi 20 juillet, des incident violents entre des gendarmes et des riverains ont éclaté. Une tension vive après la mort suspecte, d’un jeune homme de 24 ans mardi après-midi. Selon le Procureur, les gendarmes sont venus arrêtés « Adama » vers 18h30 pour une affaire d’extorsion et d’agression à domicile. Seul ciblé par les gendarmes, « Adama » serait mort suite à « un malaise cardiaque » durant son arrestation.

Les pompiers arrivés sur place n’ont pu que constater son décès. Le Procureur de la République de Pontoise, Yves Jannier a aussitôt indiqué « j’ai saisi la SR (la section des recherches) et l’inspection générale de la gendarmerie pour enquêter sur les circonstances du décès ».
Mais ses amis contestent la première version des faits, pour les riverains le jeune « Adama » aurait été « tabassé ». Une trentaine de jeunes se sont rendus à la gendarmerie en vue de représailles, précise le Parisien, puis sont retournés dans leur quartier. « Ils cassaient tout », s’est confiée apeurée une habitante de Boyenval. Tard dans la nuit des coups de feu étaient entendus, sans qu’on ne sache exactement, si les tirs de mortiers venaient du camp des gendarmes ou des casseurs voulant faire justice.  Un hélicoptère a survolé la région toute la nuit et de nombreuses unités de gendarmerie étaient déployées dans la Région.

Dorothée Audibert-Champenois   PhotoLeParisien


1 commentaires :

  1. André Robinel

    LA FRAUDE SOCIALE DANS L’ADMINISTRATION MARTINIQUAISE :

    La fraude sociale pratiquée par les administrations martiniquaises est tolérée par les chefs des services de l’état
    au MINISTERE DE L’OUTRE MER,
    au MINISTERE DE LA SANTE,
    au MINISTERE DE L’EDUCATION :

    LA TOLERANCE au RECTORAT, à la DDASS et à la MGEN en MARTINIQUE

    Tolérance vis à vis des fausses expertises psychiatriques donnant droit à la pension pour
    invalidités du Trésor Public
    Tolérance à l’égard des Congés de Longue Maladie ou Congés de Longue Durée accordés à des fonctionnaires en l’absence de toute maladie invalidante, et en contradiction avec l’expertise du COMITE MEDICAL SUPERIEUR.

    Tout citoyen français, quelque soit son niveau d’éducation, est capable de reconnaître un document faux : Voici l’image d’une FAUSSE EXPERTISE PSYCHIATRIQUE que je propose à votre examen.Elle est réalisée par un ORL, en mon absence et ne contient que trois mots relatifs aux conclusions de l’expertise : TROUBLE PSYCHOTIQUE,DELIRE.

    ECHEC DU MINISTERE DE LA JUSTICE (Madame TABIRA) :
    Malgré les efforts de Madame TAUBIRA, la justice française ne parvient pas à résoudre le problème posé par ma situation : Comment juger une fraude mise en place par la Sécurité sociale martiniquaise à l’encontre de la Sécurité Sociale, malgré les lois sur l’extra territorialité ?

    UN PROBLEME QUI CONCERNE TOUS LES FRANCAIS :
    Surtout, même si c’est dramatique de vivre les conséquences de la pratique de « la psychiatrie punitive » à la Martinique, ne me plaigniez pas trop, car la véritable victime, c’est VOUS, et tous les français VICTIMES du détournement des fonds sociaux réservés aux handicapés.
    ET VOUS, QU’EN PENSEZ VOUS ?
    je vous propose ce petit test : Une fraude peut elle être légitime ?, légale ?, tolérée ?
    Pouvez vous répondre à ce questionnaire informatif ?

    Pourquoi à la Martinique, ce sont les ORL qui font les expertises psychiatriques ?
    Pour faire un expertise psychiatrique, le « patient » ne doit-il pas être présent ?
    Les règles sociales sont elle les même en Martinique et en France ?
    Pourquoi les expertises du comité médical départemental de la Martinique peuvent elles contredire les expertises du comité médical supérieur ?
    Pourquoi, en France on ne peut obtenir une expertise psychiatrique qu’avec l’autorisation d’un Tribunal, alors qu’en Martinique, n’importe qui peut en trois mots réaliser une expertise psychiatrique qui fait foi auprès des administrations de l’ état.
    Pourquoi, malgré le témoignage d’ Audrey PULVAR, à ATV, les tribunaux français sont ils impuissants devant une fraude évidente de l’état contre lui même ?
    Que pense Madame PAU LANGEVIN de cette fraude ultramarine ?
    Pourquoi les enquête réalisée par la CPAM de Tours ne peut elle être communiquée ni à la P.J de Tours, ni à la gendarmerie de Preuilly sur Claise, qui ont ouvert une instruction sur ce phénomène ?

Les commentaires sont fermés