USA-Racisme : Scènes d’horreur durant une manifestation de suprémacistes blancs en Virginie

Vues : 3530

La berline a labouré « une mer de personnes ! » résument des témoins horrifiés .

Le rassemblement aux USA du plus grand groupe de nationalistes blancs réuni dans une décennie, c’est terminé dans une grande violence et un chaos épouvantable, rapportent des témoins présents à Charlottesville. Une Dodge Challenger percute des contre-manifestants, bilan un mort et des blessés. Un hélicoptère de secours tombe, faisant deux morts.

« L’impact a poussé les gens dans l’air. Ils se sont éparpillés, criant et courant dans des différentes directions », un autre témoin décrit comment la voiture de James Alex Fields Jr d’Ohio, a percuté la foule de manifestants anti-racistes. Résultat, une femme est morte, de nombreux blessés, laissés longtemps sans assistance médicale, sont encore hospitalisés.

Une vidéo montre que le conducteur accélérait très rapidement et rechargeait dans la foule, en accrochant, vêtements et chaussures avant de repartir à grande vitesse en s’encastrant dans deux autres voitures. « Les flics étaient debout sur le côté de la route et n’ont rien fait » rajoute un témoin qui pense que l’acte était intentionnel.

A l’origine, Le groupe qui réunissait des milliers de suprématistes blancs, s’était réuni pour protester contre le projet de responsables de la ville de déplacer la statue du général confédéré Robert E. Lee et de renommer la place où siégeait sa statue équestre. En réaction de cette manifestation raciale, d’autres groupes américains sont venus pour protester contre les propos racistes du groupe admiratif du général sudiste Robert E. Lee. Robert E. Lee, un héros et fils de héros durant la guerre d’indépendance aux USA. Un campus porte son nom, un jour férié est décrété en sa mémoire.

Robert E. Lee, le général sudiste, homme très connu du grand public US, est un héros pour les nationalistes américains. Malgré sa défaite face au  général Grant lors de la guerre de sécession (1861-1865), il a donné son nom à une Université à Lexington en Virginie : la « Washington and Lee University ». A la fin de la guerre, Robert E. Lee, le général défenseur du sud esclavagiste, a été le directeur d’établissement de son Université.

Vendredi soir, les violences ont commencé entre les nationalistes blancs portant des torches et les contre-manifestants dans le campus de l’Université de Virginie pour se terminer dans le chaos ce samedi matin.

Samedi, le pire était à venir quand une Dodge Challenger a plongé dans la foule de personnes qui manifestaient pacifiquement contre le rassemblement nationaliste blanc dans Charlottersville, la ville universitaire de Virginie. Bilan, une personne tuée qui traversait la rue et une trentaine d’autres blessées durant une journée de confrontations violentes .

Peu de temps après, un hélicoptère de la police de l’État de Virginie, venu aider à contenir le rassemblement, s’est écrasé à quelques mètres de Charlottesville. A son bord, un pilote et un soldat, les deux passagers de l’appareil ont péri dans le crash.

La police d’État a déclaré dans un communiqué que l’hélicoptère « aidait à rétablir la sécurité publique» lorsqu’il s’est crashé dans une zone boisée. Le pilote, le lieutenant H. Jay Cullen, 48 ans, de Midlothian (Virginie) et M. Bates de Quinton ( Virginie) sont décédés sur les lieux de l’accident.

Quant au jeune nationaliste blanc qui a foncé samedi dans la foule d’antifascistes, il a été identifié par la police comme James Alex Fields Jr. de l’Ohio. Le jeune homme appréhendé et arrêté à quelques pâtés de maisons de la scène sanglante est accusé de meurtre au deuxième degré. Il explique son geste comme une réponse à un contre-manifestant qui aurait jeté une pierre sur sa voiture. Selon le surintendant de la prison, Martin Kumer, James Alex Fields Jr est détenu sans caution et devrait être traduit devant la justice ce lundi.

Le bureau de Richmond du FBI, la Division des droits civils du ministère de la Justice et le bureau du procureur des États-Unis pour le district occidental de Virginie ont déclaré qu’ils ont ouvert une enquête sur les circonstances de l’accident provoqué par le jeune homme, âgé de 20 ans. James Alex Fields Jr, de Maumee, Ohio, est détenu à la prison régionale Albemarle-Charlottesville.

Les responsables de la ville, le maire de Charlottesville, Michael Signer et le gouverneur de Virginie, Terry McAuliff, ont déclaré que 19 personnes ont été blessés durant le choc. Le chef de la police de Charlottesville, Al Thomas, a précisé avoir porté secours à 35 personnes dont 14 dans des affrontements de rues.

Le révérend Jesse Jackson, militant pour les Droits civiques, a indiqué que, depuis des années, Donald Trump, en mettant en doute publiquement la citoyenneté du président Barack Obama, a provoqué cette situation : « Nous sommes dans un endroit très dangereux en ce moment ! », a-t-il déclaré. Et de poursuivre que : «La réthorique raciale du Président Trump n’arrange rien ».

Galvanisés les suprématistes blancs n’ont pas hésité à citer la victoire de leur 45ème président. Une arrivée au pouvoir de Trump qui conforte à leurs yeux, la concrétisation « de leur puissance et de leur croyance ». Des phrases et des mots lus sur les écriteaux et portés en slogans sur leurs banderoles à Charlottesville.

Plusieurs groupes du white-power étaient à Charlottesville, y compris des membres d’organisations néo-nazies, des groupes racistes de skinhead et des factions Ku Klux Klan, relate la presse américaine.
Les organisations nationalistes blancs Vanguard America et Idrotie Evropa, La Ligue nationaliste du sud du Sud, Le Mouvement te, Le Parti des travailleurs traditionalistes et l’Ordre Fraternel des Alt Knights formaient le rassemblement qui a coûté la vie à une jeune femme de 32 ans samedi 12 août 2017.

Des photos publiées depuis l’arrestation de  James Alex Fields Jr, le montrent (ci-dessus à l’extrème gauche de l’image), marchant avec un groupe raciste et de droite connu sous le nom de Vanguard AmericaLe groupe de la suprématie blanche s’oppose au multiculturalisme et croit que l’Amérique est une nation exclusivement blanche.

Longtemps silencieux, le président américain Donald Trump a tweeté samedi soir en disant: «Nous devons nous respecter, idéalement, nous devons nous aimer».« Nous devons tous être unis et condamner tout ce qui représente la haine». Il a ensuite écrit : «Il n’y a pas de place pour ce genre de violence en Amérique ».

L’enlèvement de la statue (cause de la manifestation des suprématistes blancs) fait partie d’une volonté de Washington D.C de changer l’histoire de Charlottesville. Lee Park (où se trouve la statue) et Jackson Park (en référence à un autre général confédéré) ont été renommés  : Emancipation Park et Justice Park.

Le groupe Monument Fund a déposé une plainte faisant valoir que l’élimination de la statue violerait une loi étatique régissant les mémoriaux de guerre. Pour l’instant, la statue Lee reste à sa place encore six mois.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook C’news Actus Dothy
ImagesMailOnline/LeSoir