Vaste mobilisation pour dénoncer l’état catastrophique de l’hôpital en Martinique

Vues : 1770

« Quand le CHUM éternue, les autres hôpitaux sont grippés ». C’est la conclusion d’un communiqué rédigé par les signataires d’une vaste manifestation prévue en ce mois de juin.

Les responsables syndicaux d’établissements hospitaliers périphériques c’est-à-dire de toutes les communes de la Martinique sont invités à se joindre au mouvement.

Un appel à la mobilisation sans précédent est prévu pour les lundi 11 et mardi 12 juin prochain. Cette opération va revêtir une ampleur particulière car ce ne sont pas uniquement les centrales syndicales de la santé que l’on entend habituellement qui vont faire entendre leur voix, juste avant le début de la coupe du monde précisent les organisateurs. Il s’agit de sauver la santé, et donc le CHUM et les hôpitaux périphériques.

Une délégation conduite par Jean-Luc FANON, le Président de l’Association « Sauvez la santé en Martinique », et regroupant tous les représentants de la communauté hospitalière (collège des trois pôles, syndicat du personnel médical, syndicats du personnel non médical, section hospitalière du SSMq, etc…) a échangé avec les maires pour la préservation de l’accès à la santé pour tous et pour toutes sur l’ensemble du territoire et pour la mise en place d’une mobilisation générale pour la défense et la survie du Centre Hospitalier et Universitaire de la Martinique.

Le lundi 11 juin, la sirène devrait retentir à huit heures après que les populations aient été prévenues au préalable.

Et pendant que la sirène serait actionnée, les automobilistes sont invités à klaxonner. Un arrêt de cinq à dix minutes de tous les salariés de chaque entreprise est également prévu. Mais ce qui représentera la force de ce mouvement sera le soutien et le renfort des maires et des conseils municipaux de la Martinique. Quasiment du jamais vu.

Le mardi 12 juin, il est prévu une mobilisation générale dans la rue au cours de laquelle la population et les élus convergeraient vers la préfecture pour réclamer une réponse des ministères concernés.

La présence d’inspecteurs venus de France hexagonale chargés d’administrer l’hôpital de Martinique depuis plusieurs mois, n’a rien amélioré selon les syndicats. L’état est en train de tuer l’hôpital public ont encore écrit les organisateurs de la manifestation à venir.

Une opération « Ville Morte » est prévue le mercredi 13 juin.

Ci-dessous le communiqué dans son intégralité de l’association des maires :

« Mobilisons-nous pour un service public sanitaire, égalitaire et solidaire de proximité !

Le 30 mai dernier, les maires de la Martinique se sont réunis à la Maison des Collectivités pour débattre de l’avenir du CHU.

Une délégation conduite par Jean-Luc FANON, le Président de l’Association « Sauvez la santé en Martinique », et regroupant tous les représentants de la communauté hospitalière (collège des trois pôles, syndicat du personnel médical, syndicats du personnel non médical, section hospitalière du SSMq, etc…) a échangé avec les maires pour la préservation de l’accès à la santé pour tous et pour toutes sur l’ensemble du territoire et pour la mise en place d’une mobilisation générale pour la défense et la survie du Centre Hospitalier et Universitaire de la Martinique.

L’Europe impose une politique d’austérité à ses États membres provoquant des désinvestissements dans la santé et la protection sociale. Ainsi, la commercialisation fait de plus en plus son entrée dans les différents secteurs de la santé créant des inégalités d’accès à des soins de qualité. Le CHUM n’est pas épargné par cette politique d’austérité qui l’entraîne inexorablement vers une mort lente.

Le front commun qui lie les maires et l’Association « Sauvez la santé en Martinique » a donc pour objectif principal d’exiger du Président MACRON un réinvestissement dans cet établissement garant de la santé des Martiniquais, voire de la population caribéenne.
A l’issue de cette rencontre un plan d’actions a été arrêté en accord avec les maires qui entendent prendre part à la mobilisation prévue dans les prochains jours eu égard au rôle structurant du CHU dans le paysage sanitaire de la Martinique. Une position légitimée par les propos du Président de la république lors d’un débat télévisé du 15 avril dernier où celui-ci affirmait « qu’il n’y aurait pas d’économies sur l’hôpital durant son quinquennat » et par le souhait des maires de se battre pour la préservation du seul établissement hospitalier des Antilles encore en état de fonctionnement.

Les raisons de cette mobilisation sont multiples. Pour autant, il s’agit d’envoyer un message fort au Président MACRON pour lui rappeler que le démembrement du CHU qu’il organise est synonyme :

D’absence de réponses à l’augmentation des besoins de santé comme les maladies chroniques (dengue, chikungunya, maladies ponctuelles,
De disparition programmée de la notion de qualité dans des prestations comme les consultations de médecine, anesthésie, chirurgie, douleurs, activités de dyalise, d’hôpital de jour, d’examens, de rééducation respiratoire, de bilans sanguins, …),
De atteintes irréversibles portées à des missions telles que les hospitalisations, consultations, urgences, enseignement,

Fort de cet état des lieux alarmant, l’Association des Maires de la Martinique exige que soit stoppé cette politique nocive pour la santé des Martiniquais et adhère pleinement aux actions prévues ci- après à compter du lundi 11 juin 2008, et exposera officiellement sa position lors d’une Conférence de Presse prévue le ……. Juin 2018 à la Mairie du Lamentin ou de Fort-de-France.

LUNDI 11 JUIN 2018
08H00 : DECLENCHEMENT DES SIRENES DES MAIRIES
08H00 : TEMOIGNAGES DE TOUTE LA POPULATION DE SA DIFFICULTE A ACCEDER AUX SOINS ET DU MAL-ETRE DU CHUM
– Pour ceux qui sont hors de leurs établissements ou sur les routes : ACTIVATION DU KLAXON DE LEUR VEHICULE.
– Pour ceux qui sont dans leurs établissements ou entreprises :
– ABANDON DU POSTE TRAVAIL ET REGROUPEMENT EN FACE DE LEUR
ETABLISSEMENT DURANT UN QUART D’HEURE

MARDI 12 JUIN 2018
UN SERVICE DE CARS SERA MIS EN PLACE PAR LES MAIRES POUR PERMETTRE A LA POPULATION, AUX AGENTS ET ELUS (AVEC LEUR ECHARPE) DE SE RENDRE A FORT-DE-FRANCE POUR UNE MANIFESTION DEVANT LA PREFECTURE.

MERCREDI 13 JUIN 2018
OPERATION « VILLE MORTE »