Victoire pour les femmes en burkini : le Conseil d’État suspend l’arrêté de Villeneuve-Loubet

Vues : 507
dddd

La plus haute juridiction française vient de statuer sur les arrêtés anti-burkini, très critiqués en France mais aussi à l’étranger. Depuis jeudi, le Conseil d’État examinait la légalité de différents arrêtés contre le burkini qui visaient à interdire aux femmes musulmanes de se baigner et de se reposer sur les plages comme les autres citoyens français.
Vendredi 26 août, après un été rythmé par les pour ou contre « burkini » à la plage, le Conseil d’État a suspendu l’arrêté de la commune de Villeneuve-Loubet. En clair le burkini est autorisé sur les plages de métropole et d’outre-mer.

« C’est une victoire du droit, de la sagesse, de nature à favoriser le vivre ensemble dans notre pays », s’est félicité Abdallah Zekri , le secrétaire général du Conseil français du culte musulman ce matin. La décision était particulièrement attendue par la classe politique mais aussi par les français qui depuis le début des vacances condamnent ou s’accordent sur l’arrêté anti-burkini pris par la commune de Villeneuve-Loubet dans les Alpes-Maritimes. Plusieurs communes avaient ausitôt suivi et appliqué cet arrêté, notamment la ville de Sisqo en Corse. Ce matin au micro de BfmTV, le maire de Sisqo, Pierre Vivoni a déclaré qu’il n’avait pas l’intention de retirer l’arrêté anti-burkini dans sa ville malgré la décision du Conseil d’État sur un arrêté similaire dans les Alpes-Maritimes.

Si le secrétaire général du CFCM espère que « cette décision de bon sens va permettre de décrisper la situation, qui était marquée par une tension très fort chez les femmes musulmanes », il n’empêche que cette suspension qui fera jurisprudence a créé de vives réactions de colère sur Twitter. Le Front National et une partie de la droite ont manifesté leur désaccord profond sur la décision du Conseil d’État, d’invalider l’arrêté anti-burkini.

Dorothée Audibert-Champenois
Photos


1 commentaires :

Les commentaires sont fermés