Vols retardés et passagers en colère en raison de la grève « des pompistes du ciel »

Vues : 1833

Les avitailleurs de la Martinique sont en grève illimités depuis le vendredi 4 août. Les personnels débraient deux heures chaque jour. Une décision prise pour obtenir de meilleures conditions de travail et maintenir leurs acquis sociaux.

La mobilisation commence à impacter le trafic à l’aéroport Martinique Aimé Césaire depuis quelques heures. Des passagers nous ont signalé des retards interminables au départ et à l’arrivée de Fort de France, avec des décalages énormes dans leur planning.

Les compagnies aériennes s’organisent et anticipent et font du carburant dans leurs avions en Guadeloupe.

Les discussions entre direction et syndicat sont au point mort pour le moment.
On le rappelle, le personnel réclame de meilleures conditions de travail

Voici en quels termes les salariés ont exprimé leurs doléances dans un communiqué.

« Après leur mouvement de grève de novembre 2014, les avitailleurs du Groupement Pétrolier de l’Aéroport (GPAF) ont le sentiment de n’avoir pas été entendus.
Ils avaient à l’époque décidé de reprendre le travail suite à l’implication de la DIECCTE dans ce conflit, mais force est de reconnaître que près de trois années plus tard, la forme de management du chef de dépôt ne s’est en rien améliorée…

D’autres points de revendication viennent naturellement se greffer, tels :
– La demande d’un programme annuel avec des jours de travail qui apparaissent sur le planning des jours de congés, ainsi que les horaires de 15 h 00 à 23 h 00 ;
– Un week-end travaillé pour un week-end en repos, comme le prévoit l’usage ;
– Une prime d’activité qui doit être ramenée à 90 m3 au lieu de 120.
– Le maintien des acquis ;
– L’embauchage de deux salariés afin d’assouplir le planning ; »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *