Young Chang MC : Une bagarre entre accusés a été évitée à la cour d’assises de Nancy

Vues : 16628
young-chang-pbk-c-newsctus

« On vient de me menacer, de m’arracher la tête ! » s’écrie Jean-Marc Coudray en plein tribunal, L’accusé est en cour  d’assises à Nancy.

20161026_082119

Edifiant ! Au deuxième jour du procès Young Chang, le manager Jean-Marc Coudray  se défend d’avoir participé à une éprouvante séance de torture et de sévices pour lesquels ses deux amis Young Chang MC et Meverick Montout sont devant la justice pour 14 chefs d’inculpation.  Depuis le box des accusés, Jean-Marc Coudray a interpellé à haute voix les autorités judiciaires. Selon le manager, il serait menacé physiquement et en créole par le « costaud » Meverick Montout.

Pourtant Meverick Montout semblait être de bonnes compositions ce second jour du procès. Poussé par son avocat Maître Alexandre Rolland, « le gros bras » a tout raconté de façon précise, comment il a humilié et torturé l’organisateur de spectacle, surnommé « Zicos » dans la salle de bain d’une amie de la fameuse « mule », au centre de ce procès. Ce sont les policiers escortant les trois accusés, dont Young Chang MC qui sont intervenus en plein débat judiciaire ce mardi, en début de soirée.

young-chang-c-news-actus

Le calvaire de « Zicos », l’organisateur de spectacle commence en 2013, quand une « mule » de Pont-à-Mousson est arrêtée au Lamentin (aéroport Aimé Césaire) et réexpédiée en France. La jeune fanatique de Young Chang MC transportait 4gk de cannabis pour le compte du chanteur de reggae-dance hall, Yoni Sami alias Young Chang MC.

Trois amis guadeloupéens :  la vedette Young Chang MC, son manager Jean-Marc Coudray et un troisième comparse Meverick Montout dit le »costaud » sont conduits dans l’appartement d’une connaissance de la « mule » à Vandoeuvre. L’objectif : retrouver la passeuse pour reprendre possession de la drogue perdue dans la transaction ratée.

Ils sont en compagnie de « Zicos » âgé d’une trentaine d’années, une connaissance de la jeune passeuse. Il  sera sodomisé et torturé dans un appartement durant deux heures pour qu’il renseigne le trio. Zicos connait l’adresse de la « mule ».  Il raconte devant la cour «ils se sont faits plaisir avec mon corps », je ne pensais plus qu’à une seule chose :  que ça s’arrête !  (selon l »Est Républicain).

Seulement, le manager Jean-Marc Coudray certifie n’avoir pas participé aux deux heures d’enfer de « Zicos ». Une position qui ne semble pas satisfaire , Meverick Montout, le »costaud » du trio. Depuis le box des accusés, après les menaces de mort dont il est accusé en séance, Meverick Montout  répond  « J’ai juste dit que c’était un menteur ».  Échauffé les deux protagonistes sont prêts à se bagarrer quand leur escorte les sépare.

Le verdict de cette affaire est attendu demain vendredi 28 octobre à la cour d’assises de Nancy.

Dorothée Audibert-Champenois/Fcacebook C’news Actus
PhotosTL/Fbook/Dothy A-Ch


1 commentaires :

Les commentaires sont fermés