Your Angel Model Search : Qui succédera à la Martiniquaise Danyrose ?

Vues : 775

L’agence Your Angel fête cette année ses 10 ans. Pour marquer le coup Jean-Yves Zamor a vu les choses en grand, avec une grande finale le 8 juillet à Paris. En attendant découvrez ce qu’est devenue la gagnante de l’édition précédente. La Martiniquaise Danyrose Langeron se confie dans une interview pour PBK.

Depuis sa victoire il y a un an, la ravissante Danyrose Langeron en a parcouru du chemin. A seulement 17 ans la Martiniquaise a conquis les podium et magazines européens. Son prochain challenge est de conquérir les Etats-Unis en débarquant à New-York. Elle a déjà participé à plusieurs campagnes à succès, parmi lesquelles Louboutins, Yves-Saint-Laurent Beauty, Jérôme Dreyfuss ou encore Jacquemus. Côté magazines, elle prend la pose pour Vogue Italie, Vogue Paris, L’Officiel Singapour, Madame Figaro, Pop Magazine et OOB. En un an elle a participé à plus d’une vingtaine de défilé, certains pendant les Fashion Week européennes (Balenciaga, Barbara Bui, Antonio Marras, Ports 1961, Uma Wang, Emilio Pucci,…) et participé à la Fashion Week de Paris.

Pourquoi avoir choisi le mannequinat ? Qu’est-ce qui vous intéresse dans ce milieu ?

Je fais partie de ceux à qui Dieu à donner une « deuxième » chance à leur vie. Être mannequin me semblait être une évidence, ma destinée. Ça vous est déjà arrivé de vouloir quelque chose à un point de ne pas dire « j’aurai voulu » mais « je serai » ou encore « j’aurai ». J’étais comme hantée, emprisonnée par se rêve.

Ce que j’aime ? Tous ! Il s’agit d’un milieu assez particulier. Dont tout le monde ne comprend pas forcément ce que je vis. On m’aurait dit qu’on jour j’aurais rencontré la famille Kardashian ou même défilé avec Paris Hilton je vous jure que je n’aurais pas cru. Chaque aventure chaque nouvelle expérience te marque. Mais il faut savoir le vivre.

La vie de mannequin est-elle facile tous les jours ?

Beaucoup pensent que c’est de l’argent facile. J’ai envie de vous dire oui et non. Ce n’est pas tous les jours facile. Et c’est cela que malheureusement beaucoup de personnes ne comprennent pas. Entre les chaussures très souvent inconfortable et l’attente… je vis avec la fatigue et des douleurs. On ne montre sur les réseaux que ce que l’on a envie de vous montrer (Les bons côtés, le rêve).

Comment se passe votre quotidien ?

En période de Fashion Week mon quotidien se résume à enchaîner les castings et les fittings du matin (9h00) au soir (minuit et voir plus). Hors période Fashion Week mon quotidien est plutôt calme ou je peux avoir des shootings et des rendez-vous par ci par là.

Quand vous décrochez un contrat, selon vous, qu’est-ce qui fait la différence ?

Quand je décroche un contrat, évidemment que je suis heureuse. Il s’agit du fruit d’un travail acharné. Je ne me demande pas trop pourquoi on m’a choisi. Mais je pense que ma personnalité, ma beauté et ce que je dégage font la différence. Et comme je le dis souvent, être mannequin ne s’arrête pas à être « grande et mince ». Au contraire, c’est bien plus que ça, c’est tout un ensemble.

Que préférez-vous ? Défilé, shooting, publicité ?

Ce que je préfère par-dessus tout, c’est shooter. Cela me permet d’exprimer mes « mood » et de montrer ce que je vaux. Quand je suis en shooting, je fais abstraction de tout et je ne vois que l’objectif et le photographe.

Pour l’instant quel est votre meilleur souvenir comme mannequin ?

Mon meilleur souvenir ? Je dirai … tous ! Comme je vous l’ai dit, chaque aventure est marquante. Entre les rencontres, le festival d’Hyères et les voyages… je ne saurais vous dire quel était mon meilleur moment. Mais en tous les cas, ma vie a basculé.

Combien de temps pensez-vous continuer ?

Maintenant que je suis mannequin, je compte bien aller loin et y rester autant qu’il faudra. Jusqu’à ce que mon corps n’en puisse plus.

Avez-vous quelque chose à ajouter ? Un message pour les futurs candidats ?

J’ai un message à adresser pas seulement aux futurs candidats mais à tous. Celui de croire en vos rêves. Celui de ne jamais baisser les bras. Celui de ne jamais douter de vos capacités. Et de laisser personne vous marcher dessus.

Propos recueillis par A.G