Yvette Galot demande un soutien financier, pour l’aider à récupérer son fils

Vues : 17828

« Mon cœur de maman a explosé quand j’ai appris que le père de mon fils est venu le chercher à l’école avec un huissier. » C’est le cri de souffrance de cette femme politique martiniquaise bien connue, Yvette Galot. Brutalement séparée de son fils Samuel et de façon injuste selon elle. Elle demande aux internautes une aide financière pour l’aider à payer les frais d’avocat.

Le 22 juin 2017, son fils Samuel est récupéré par son père près de son école à Perpignan. Voici ce qu’Yvette Galot écrit :

Mon fils Samuel âgé de 10 ans, est le seul fils que j’ai porté 8 mois et qui depuis qu’il est né m’a tellement donné, de tout l’Amour qu’il a dans le coeur ! Nous ne nous sommes jamais quitté… Jusqu’à ce jour du 22 juin 2017 où mes entrailles de maman ont explosé par une annonce faite par la directrice de son école qui m’a convoqué au téléphone vers 11H48 : « Le père de Samuel est venu le prendre avec en main un jugement exécutoire lui donnant la garde exclusive de mon fils, accompagné de 2 autres hommes, l’un huissier de justice et l’autre présenté comme un agent des forces de l’ordre en civil », selon le témoignage de la directrice de l’école.

Et elle parle carrément « d’un enlèvement » :

Alors qu’il était à son école près de Perpignan, Samuel a été enlevé par son père qui ne lui a laissé aucune « chance » de donner son avis, aucun moyen de revoir sa maman qu’il a quitté le matin à 8H45, et qu’il attendait à la kermesse de son école, sans pouvoir lui dire au revoir encore moins à ses petits camarades de classe.
Ses derniers mots ont été : « Mais papa … !
Avant de verser une larme », nous a raconté sa maitresse qui pouvait à peine dissimuler ses larmes.

Selon Yvette Galot, ce n’est que le lendemain qu’elle a reçu un jugement lui signifiant qu’elle n’aurait plus la garde de son unique enfant.

JE N’AI JAMAIS ETE CONVOQUEE POUR DIRE AU REVOIR A SAMUEL MON FILS !
Je n’ai reçu le jugement que le lendemain. Un enlèvement légal bien ficelé par son père très influent à Fort-de-France avec lequel ni son fils, ni moi n’avons jamais vécu jusqu’à notre séparation en 2011. Je me suis toujours employée à ce que mon fils voit régulièrement son père depuis toujours même en dépit de mon départ en France pour construire ma nouvelle vie de femme.
Sans aucun signe de désaccord sur l’organisation des vacances de juillet et août de Samuel, il avait mis en exécution un plan prémédité pour me séparer définitivement de Samuel qu’il appelait pourtant une à deux fois par semaine.

Cette maman explique encore que le père de Samuel ne  permet pas à l’enfant d’entrer en contact avec sa mère depuis ce 22 juin. Mais, relevée de ses peines comme elle l’écrit, elle a décidé de se battre.

Afin de défendre le droit de Samuel à choisir avec lequel de ses parents il veut vivre je dois réunir en urgence la somme nécessaire pour payer les honoraires des avocats me permettant de défendre les droits de Samuel. 

Il doit absolument être entendu par le juge aux affaires familiales et faire valoir son choix de vivre avec sa maman qu’il m’a confirmé avec détermination avant son enlèvement.

Yvette Galot sollicite le concours financier des internautes pour payer les honoraires des avocats. Il s’agit de passer par la cagnotte leetchi via le suivant : https://www.leetchi.com/c/solidarite-de-yvette-galot
Et en guise de conclusion, Yvette Galot demande encore à tous la chose suivante :

N’ayant pas de nouvelles de mon fils, je vous confie une mission : Si vous croisez un jour Samuel reconnaissable à sa belle tâche noire en forme de carte d’Afrique sur la joue gauche, dites-lui SVP, « Samuel, ta maman Yvette te dit qu’elle t’aime. »

Karen Théodose