Zika : Inquiétudes en Amérique et au Brésil – 1,5 Million de personnes infectées

Vues : 98

La nouvelle a stupéfié tout le monde. Aux Etats-Unis, des autorités sanitaires au Texas ont fait savoir, mardi, que le virus Zika, pouvait se transmettre par voie sexuelle.  Une troisième voie de transmission a été aussi détectée par les chercheurs des Centres américains de Contrôle et de prévention des Maladies (les CDC). Ils ont retrouvé le virus Zika , dans le sperme d’un Américain infecté. Plusieurs cas sont cités en Europe (Irlande, Danemark) , qui ne suscitent pas trop d’inquiétude car le virus du Zika, a du mal à survivre dans les régions froides. De nouvelles personnes porteuses du Zika sont soignées du Cap-Vert en Afrique  jusqu’à l’île de Sumatra en Indonésie. En Thaïlande, les autorités sanitaires ont signalé mardi, un homme porteur du virus Zika.

Même si ces contaminations inédites restent plausibles, les chercheurs sont clairs sur le dépistage de la maladie et les mesures de préventions. C’est la femelle du moustique Aedes Aegypti qui transmet le virus du Zika. Le malade infecté développe de fortes fièvres, des douleurs articulaires, musculaires et des conjonctivites. Pour l’heure, il n’existe pas de traitement antiviral ni de vaccin. Pour lutter contre la propagation du virus, il faut éliminer les eaux stagnantes, utiliser des répulsifs et des moustiquaires.

L’absence de vaccins et de dépistages fiables constituent des causes supplémentaires d’inquiétude.
Margaret Chan, la Directrice de l’OMS (l’Organisation Mondiale de la Santé), se dit inquiète. Le continent Sud-Américain est le plus affecté, 21 Pays sur 55. La contamination est explosive au Brésil, Delma Roussef, la Présidente a fait de la lutte contre le virus du Zika, « une priorité nationale pour 2016 ». Le Brésil qui doit organiser les jeux Olympiques au mois d’Août à Rio, a recensé 1,5 Million de personnes contaminées par le Zika.

Aujourd’hui, les recommandations de prudence ciblent d’avantage les femmes enceintes, des cas de malformation du fœtus, des microcéphalies (des cerveaux anormalement petits) sont fortement soupçonnés au Brésil. Ce sont en fait les complications après la maladie qui s’avèrent graves pour l’homme.  Lorsque des signes neurologiques apparaissent, ils peuvent entraîner des paralysies irréversibles.

Pour l’heure, et devant la gravité du phénomène Zika, lundi 1er février, sur Europe Nuit, Sylvie Briand, la représentante de l’OMS, a décrété que le Zika constituait aujourd’hui , « une urgence de santé publique mondiale ».

La Croix Rouge appelle aux dons pour lutter contre le virus potentiellement dangereux pour les femmes enceintes. L’organisation s’associe avec l’OMS pour intervenir non seulement en Amérique, mais aussi en Asie et en Afrique dans les régions démunies.
A Paris, le Laboratoire Sanofi Pasteur, a annoncé mardi, qu’il se lançait dans la recherche d’un vaccin, s’appuyant sur « les succès obtenus dans le développement de virus similaire », comme celui contre la dengue. Le virus est porté par l’Aedes Aegypti également responsable de la transmission de la Dengue et du Chikungunya.

Dorothée Audibert-Champenois