Zika : Les hommes doivent attendre six mois avant de concevoir un enfant aux Etats-Unis

Vues : 1503
852197-obama-to-ask-congress-for-18-bn-to-tackle-zika-crisis

Alors que le Brésil et la Martinique sont en alerte maximum, touchés par le virus du Zika, les scientifiques s’inquiètent de la fulgurance de la maladie et les centres de santé lancent régulièrement des campagnes de prévention. C’est le cas du Centre de Contrôle et de Prévention des Maladies situé à Atlanta aux États-Unis.

Vendredi, les autorités sanitaires américaines ont émis certaines recommandations aux hommes et aux femmes infectés par le virus du Zika. Pour éviter la microcéphalie chez le nourrisson, les hommes doivent attendre six mois avant de concevoir un enfant.
Les Centres de Contrôle et de Prévention des Maladies (CDC) exhortent les hommes à se protéger d’avantage lors des relations sexuelles. Les organismes de santé soulignent l’urgence pour les partenaires masculins à redoubler de vigilance, et, suggèrent d’utiliser des préservatifs pendant six mois après les premiers symptômes de la maladie.

Quant aux femmes qui envisagent une grossesse, il est conseillé d’attendre huit semaines après l’apparition des symptômes du Zika. Le virus qui se transmet par les piqûres du moustique Tigre, le même qui transmet la dengue, provoque une forte fièvre, des boutons, des maux de tête, des conjonctivites et des arthralgies c’est-à-dire des douleurs articulaires.

Pour les hommes et femmes revenant de zones endémiques ou exposés au virus par contacts sexuels, les recommandations sont identiques.

La contamination du Zika se fait de façon vectorielle, il n’y a aucun vaccin ni traitement viral, le seul moyen efficace de lutter contre le virus ce sont les traitements symptomatiques. Il est important de suivre les conseils sanitaires car les complications sérieuses chez la femmes enceintes sont reconnues. Ce sont fréquemment des complications neurologiques et des malformations chez le fœtus des mères porteuses du virus Zika.

L’alerte sanitaire a été lancé au début de l’année 2016 en Martinique.

Dorothée Audibert-Champenois

photos libération