125 personnalités dont Thuram, Trésor et Pulvar lancent un appel pour sauver France Ô

Rédigé par : Polly Miette, le
Publié dans : Actualites, Monde
Mots clés :

Alors que la disparition de la chaîne des outre-mer est prochainement programmée, des personnalités dont Erik Orsenna, Lilian Thuram, Marius Trésor et Audrey Pulvar lancent un appel pour maintenir et transformer France Ô.

Dans une Tribune publiée, ce lundi 27 juillet, dans le journal Libération les 125 personnalités, dont les noms figurent en bas de page, rappellent que France O avec « son réseau de neuf stations dans les départements et territoires d’outre-mer et sa station de Malakoff (…) est une chaîne unique dans le paysage audiovisuel français ».

Voici l’intégralité du texte :
« La décision annoncée en juillet 2018 de la supprimer a suscité un vif émoi parmi les ultramarins qui y ont vu une manière d’être traités comme des «citoyens entièrement à part» et par les téléspectateurs de la chaîne qui louent la qualité de ses programmes.
A travers la diffusion de ses concerts de zouk, de maloya, ou de ukulélé, de ses émissions littéraires, de ses pièces de théâtre d’Aimé Césaire, de ses fictions venant de Nouvelle-Calédonie ou de l’île de la Réunion, de ses documentaires sur l’histoire et la mémoire, la chaîne France Ô est le reflet de ce que l’écrivain martiniquais Edouard Glissant qualifiait de créolisation du monde, un espace où dialoguent les cultures de l’archipel France.

A ce titre, France Ô contribue fortement à soutenir la filière économique culturelle des outre-mer en soutenant les artistes, les producteurs d’émissions, les cinéastes et les producteurs de fictions des outre-mer à qui elle offre une diffusion nationale et internationale en plus des diffusions locales assurées par les chaînes Première. Supprimer France Ô en ce moment reviendrait à priver les artistes et les acteurs culturels de ressources.
Supprimer France Ô c’est aussi ôter aux téléspectateurs des départements et territoires une chaîne qu’ils apprécient.

Si son audience atteint 0,6% en 2018 dans l’Hexagone, elle y est multipliée par deux en Guadeloupe et se monte à 6,4% à Mayotte, 6% en Guyane, et 5,4% en Polynésie (Mediamétrie 2019-2020). Dans les outre-mer, elle devance régulièrement les chaînes France 5 ou France Info. C’est dire si elle est appréciée. Viendrait-il à l’idée d’un décideur de supprimer France 5 au prétexte qu’elle ne réalise pas de bons scores d’audience en outre-mer ? Evidemment non.

C’est pourquoi nous estimons que le recentrage de la chaîne sur les outre-mer, entamé il y a quatre ans, doit être amplifié. France Ô doit devenir la chaîne des territoires des outre-mer mettant l’accent sur la transition écologique, la valorisation des cultures et des talents au service de l’ambition stratégique de la France dans le monde.
Une chaîne des outre-mer qui doit s’adresser tant au public ultramarin que métropolitain épris de découverte, curieux du monde et de sa diversité.
Ainsi, France Ô doit être le lieu de rendez-vous par excellence du patrimoine, des langues et des cultures des outre-mer soulignant le «singulier pluriel de leurs identités métisses» selon le mot du poète guadeloupéen Daniel Maximin.
Les outre-mer, en dépit de lourds handicaps structurels, sont des lieux de grande créativité économique dans le monde de l’entreprise et en particulier dans le numérique : France Ô, média global alliant télé, radio et son portail internet, doit devenir l’espace de la relance économique de ces territoires.

De même, elle doit devenir dès maintenant la chaîne du sport : avec Teddy Riner, Marie-José Pérec, Raphaël Varane, Jackson Richardson, Lilian Thuram pour ne citer qu’eux les outre-mer sont des terres de champions qui assurent à la France son rayonnement mondial dans le domaine sportif. France Ô a donc vocation à être la chaîne de la préparation et de la montée en puissance des Jeux olympiques de 2024 à Paris.

En outre, la chaîne doit être promue car elle assure la représentation de la diversité dans le paysage audiovisuel français. Basée à Malakoff en Ile-de-France, France Ô est aussi un puissant outil qui relie par ses informations le million d’ultramarins de l’Hexagone aux outre-mer. Ses programmes en matière d’histoire et de mémoire font autorité et de la chaîne un modèle de vivre ensemble et de tolérance.

Selon le rapport du CSA de décembre 2018, sans France Ô la part de la représentation des personnes perçues comme résidents en outre-mer dans les journaux d’information toutes chaînes confondues de la TNT atteint 0,3%, avec France Ô ce taux monte à 9% ! Ce qui prouve, s’il le fallait, la nécessité de la chaîne comme puissant instrument de lutte contre les discriminations. »

De même, France Ô doit être pleinement intégrée à France Télévisions et disposer d’une compétence transverse qui lui permette de bâtir et de piloter de solides programmes avec les moyens des chaînes du groupe France Télévisions France 2, France 3, France 4, France 5 ce qui accroîtrait considérablement sa force de frappe budgétaire réduite aujourd’hui à 25 millions d’euros. Pour cela, le Pacte de visibilité, signé en 2019 entre l’Etat et France Télévisions, doit être complété dans ce sens.

Autre proposition : France Ô doit devenir la chaîne de service public dédiée à la transition écologique, à l’environnement, à la biodiversité, 85% de la biodiversité française se situant outre-mer.
Grâce à ses outre-mer, la France est le deuxième espace maritime mondial. Nous proposons dès lors que France Ô devienne la chaîne de la mer en mettant en valeur les richesses et les problématiques liés à la mer et à la pêche avec un grand magazine dédié qui lierait les marins, les ultramarins et les amoureux de la mer.

Avec son réseau de dix stations avec les chaînes outre-mer Première, France Ô doit être un outil incontournable pour l’influence de la France dans le monde. Elle doit servir de catalyseur pour la valorisation des productions et de la diffusion des œuvres audiovisuelles et culturelles de la francophonie dans les aires géographiques de l’océan Atlantique, de l’océan Indien et de l’océan Pacifique.

Maintenir et transformer France Ô, c’est apaiser, inclure, et non pas exclure les outre-mer dans la difficile période qui s’ouvre en mettant à profit la formidable force de frappe que constituent ces chaînes Première et leurs territoires.

Cela serait, à n’en pas douter, une manière de «réconcilier la France»et de «rétablir la confiance dans une France unie» selon le vœu du président de la République, Emmanuel Macron. Une République que l’outre-mer a sauvée deux fois et qu’il n’a jamais trahie.
Voir la liste des signataires publiée dans le journal Libération