2 ans de captivité pour Thierry Dol, un douloureux anniversaire

Vues : 14

Un bien triste anniversaire que ces 2 années de captivité pour Thierry Dol et ses compagnons d’infortune, Pierre Legrand, Marc Feret et Daniel Larribe, retenus prisonniers par AQMI (Al Qaïda au Maghreb Islamique), depuis le 16 septembre 2010.

16 septembre 2010 / 16 septembre 2012, 730 longues journées que l’on imagine pénibles et interminables pour les quatre otages français dans le désert du Sahel.

Thierry Dol, ingénieur

Originaire du François en Martinique, Thierry Dol est un ingénieur de 30 ans. Il travaillait pour la société Sogea-Satom, filiale du groupe de BTP Vinci et sous-traitant d’Areva au Niger, lorsqu’il a été enlevé. Le jeune homme, passionné de tir à l’arc, a commencé ses études en Martinique avant de les poursuivre à l’École spéciale des travaux publics de Paris et à l’École supérieure d’ingénieurs des travaux de la construction de Cachan.

Un parcours qui fait la fierté de ses parents, Marie-Jo, bouleversée par l’absence de son fils unique, et Alexandre, chauffeur dans une petite entreprise de BTP. En 2007, Thierry Dol s’était marié avec une jeune fille originaire du Burkina Faso et travaillant aussi à l’étranger. Le couple avait l’habitude de se retrouver dans son appartement de Meudon (Hauts-de-Seine). Le jeune marié cherchait à revenir France, fatigué des séparations à répétition.

 

A l’heure de ce douloureux anniversaire des manifestations de soutien se multiplient !  La Martinique entière se mobilise pour soutenir Thierry, l’enfant du pays !  La solidarité et le soutien des Franciscains à la famille Dol ne faiblissent pas.

Un arbre de la liberté a été symboliquement planté dans le parc du Tronchet de la Ville de Meudon, en présence de Maurice Antiste, sénateur-maire du François (Martinique), de son épouse, de ses parents, des familles et des proches des otages français retenus au Sahel, de Françoise Larribe, otage au Sahel libérée en 2011, ainsi que les membres du comité de soutien.

Aujourd’hui les familles brisent le silence, la médiatisation autour de cette prise d’otages s’intensifie, « un pic envers les politiques » pour faire avancer les négociations.

Dans une nouvelle vidéo qui daterait du 29 août 2012, Thierry Dol apparaît fatigué, amaigrit et se plaint de manquer de médicaments depuis 63 jours. Il évoque aussi le pire.

« Thierry, tjenbé rèd pa moli ! Nou la épi’w« 

Crédit photo : F. Bibas