22 casiers et 4 palangres récupérés dans des zones « Chlordécone » à Case-Pilote et dans la baie de Fort-de-France

Le remorqueur portuaire côtier (RPC) Maïto des forces armées aux Antilles a participé à une opération de lutte contre la pêche interdite en zone « chlordécone » à Case Pilote, dans la baie de Fort-de-France et au Nord-Est de la Martinique ainsi que dans la zone de cantonnement de l’Îlet Ramiers. 22 casiers et 4 palangres ont été relevés.

Les opérations inter-administrations dans le domaine de la police des pêches, sous l’égide des directions de la mer de la Martinique et de la Guadeloupe, sont nombreuses aux Antilles. Elles visent notamment à lutter contre le trafic d’espèces protégées (lambis, oursins blancs) et à contribuer aux impératifs de santé publique (renforcement des contrôles en zone « chloredécone »).

Dans ce cadre, du 5 au 9 octobre, le remorqueur portuaire côtier (RPC) Maïto des forces armées aux Antilles (FAA) a participé à une opération de lutte contre la pêche interdite en zone « chlordécone » à Case Pilote, dans la baie de Fort-de-France et au Nord-Est de la Martinique ainsi que dans la zone de cantonnement de l’Îlet Ramiers. 22 casiers et 4 palangres ont été relevés.

Cette opération de lutte contre la pêche en zone « chlordécone » s’inscrit dans le cadre du plan régional de contrôle des pêches et de protection de l’environnement marin. Elle est, depuis l’année 2019, également portée au sein du comité opérationnel de lutte contre la délinquance environnementale (COLDEN), comité régional établi de concert par le préfet de la Martinique et le Procureur de la République près le tribunal de grande instance de Fort-de-France.

L’investissement de la Marine nationale dans le domaine de la police des pêches s’inscrit dans une politique plus générale, de participation de la Marine nationale dans les polices de l’environnement.

Les FAA disposent de différents moyens effectuant régulièrement des missions dédiées, tels que le patrouilleur de gendarmerie maritime La Violette, le remorqueur portuaire côtier Maïto, et le bâtiment de soutien et d’assistance outre-mer (BSAOM) Dumont d’Urville.

Les FAA sont un levier important de la régularisation des pratiques de pêche en Martinique. En 2020, les équipages de la Marine nationale ont participé à la relève d’une quarantaine de casiers de pêche et de plusieurs palangres en zone interdite et au contrôle de plus d’une vingtaine de navires.

Photo : ©Olivier Nicolas/Forces armées aux Antilles/Défense