27 Avril 1848 : Abolition définitive de l’esclavage en France

Vues : 189


L‘histoire retient le nom de Victor Schoelcher. Or l’abolition en France est issue d’un long processus qui demanda plus d’un siècle. Influencée d’une part par l’abolition maîtrisée dans les colonies britanniques et profitant de la « révolution » de 1848 pour enfin appliquer les textes de 1791 et de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen, l’État français abolit l’esclavage le 27 avril 1848.

Le décret du 27 avril prévoyait l’entrée en application de la liberté deux mois après la promulgation du décret lui-même. Cette mesure se voulait rapide, ne laissant aux colons aucun délai leur permettant d’organiser la résistance. La réalité fut encore beaucoup plus expéditive que ce que prévoyait la loi, et un scénario social et politique décisif se joua en quelques jours. La chute du gouvernement et la reconduite de la République souleva parmi les esclaves l’espoir d’un rapide affranchissement : les ateliers refusèrent le travail et exigèrent un salaire, s’insurgeant contre les châtiments corporels.

L’abolition de l’esclavage dans les colonies européennes ne fut pas le résultat de la seule intervention des anti-esclavagistes des métropoles, si illustres qu’ils furent. L’histoire des colonies fut ponctuée d’une succession ininterrompue de révoltes serviles, allant du quilombo-marronnage dans les Antilles à l’insurrection générale qui culmina en 1791 à Saint Domingue. Les noms de Makandal (Saint Domingue), Toussaint Louverture (Haïti), Orookono (Surinam), Moses Bom Saamp (Jamaïque), Zumbi (Brésil) étaient connus de tous en Europe et certains de leurs exploits étaient magnifiés par les écrits des grands auteurs de l’époque. La fin de l’esclavage n’est donc pas issu d’un acte de mansuétude venu de l’Europe mais bien du fruit de la Résistance du peuple noir et de son organisation.

Source : capoeira-france.com