« A propos de l’arrêté contre l’utilisation des pesticides » au Prêcheur

Mis en ligne par admin, le
Publié dans : Actualites, Martinique, Tribunes Libres
Mots clés :

« A propos de l’arrêté contre l’utilisation des pesticides » par Francis Carole :

L’une des grandes prises de conscience mondiales durant les dernières décennies porte sur la dangerosité des pesticides pour l’être humain et pour l’environnement. Cette question est devenue un sujet majeur de santé publique.

Les prises de position de l’Organisation Mondiale de la Santé, les alertes nombreuses et très anciennes de chercheur.e.s, les procès intentés aux multinationales dans le monde, les luttes incessantes de l’ASSAUPAMAR sur notre propre sol illustrent l’acuité du débat et l’ampleur des enjeux posés.

Dans notre pays, la Martinique, l’utilisation massive de la Chlordécone par les gros exploitants de la banane, avec la bénédiction de l’Etat français et quelques autres complicités, y compris politiques, a provoqué une catastrophe sanitaire d’une rare ampleur.

On se souvient que, malgré ce contexte, le PPM, à la tête de la Région Martinique entre 2010 et 2015, avait, à deux reprises, autorisé l’épandage aérien de pesticides dans les bananeraies, en dépit de l’opposition des patriotes et écologistes. En dépit aussi des nombreuses mobilisations sur ce thème organisées par l’ASSAUPAMAR, le PALIMA et bien d’autres organisations, au sein du Collectif contre l’épandage aérien et l’empoisonnement du peuple martiniquais.

Rappelons – puisque c’est la joyeuse saison des amnésies- que la position de ce parti, le PPM, n’avait d’ailleurs pas été des plus glorieuses dans la dénonciation de l’empoisonnement du peuple martiniquais à la chlordécone. Certes, on peut se tromper. Mais alors il faut s’excuser auprès des Martiniquais plutôt que de se livrer à d’indignes contorsions.
Très tôt -depuis 2012- en France, des maires ont courageusement pris des arrêtés pour interdire l’utilisation de pesticides, conscients des risques auxquels l’utilisation de ces produits exposait la population, conscients aussi de l’urgence d’agir.

L’arrêté du maire du Prêcheur, intervenu en février 2020 et interdisant l’utilisation de pesticides sur une parti du territoire dont il a la responsabilité de l’administration (Morne Folie et Case Rolland) s’inscrit dans ces résistances nécessaires.

Nous soutenons cette prise de position comme nous soutenons toutes les actions qui vont dans le sens de la préservation de la santé de nos compatriotes et de la protection de notre environnement.

Quant à la décision du préfet de faire casser cet arrêté, il faut être bien naïf pour imaginer qu’elle aurait pu être différente.

Tout ce que nous aurons nous l’obtiendrons par notre intelligence, notre cohésion, nos luttes et nos sacrifices.
Francis CAROLE
MARTINIQUE
Samedi 24 octobre 2020

Crédits Photo : MO-TV