Accidentalité routière 2019 : la Guadeloupe mauvaise élève

Rédigé par : Kayleen Jude, le
Publié dans : Actualites, Guadeloupe
Mots clés :

L’année 2019 demeure la plus meurtrière des trois dernières années. La Guadeloupe est le département français détenant le plus mauvais indice de gravité avec 13 tués pour 100 accidents.

La Direction de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement a publié les chiffres officiels de l’accidentalité routière en Guadeloupe pour 2019.

On y apprend que 47 personnes ont perdu la vie sur nos routes. Ce sont 14 tués de plus qu’en 2018 soit une hausse de 42%.

62 % des communes l’archipel ont enregistré au moins un accident mortel, l’an dernier. 70% des accidents mortels ont lieu hors agglomération (33 tués).

Les communes les plus touchées sont Le Gosier, Petit-Bourg et Grand-Bourg de Marie-Galante avec 5 tués chacune.

Par ailleurs, 50% des accidents mortels ont eu lieu sur la Basse-Terre contre 39% en Grande Terre et 11% à Marie-Galante.

Les usagers vulnérables représentent 57% tués

Toujours selon les chiffres de la DEAL, 59% des accidents mortels ont lieu la nuit, 46% se sont déroulés le week-end dont 24% le dimanche matin.

L’an dernier, 39 hommes et 8 femmes ont perdu la vie sur les routes de Guadeloupe. Les jeunes de moins de 25 ans représentent 30% des tués.

Les usagers vulnérables représentent 57% des morts sur les routes en 2019, c’est-à-dire les piétons, les deux roues motorisés et les cyclistes.

On note également une hausse de 5% du nombre d’accidents par rapport à 2018 et de 13% du nombre de blessés légers.

L’alcool et la vitesse comme facteurs aggravants

En fait, tous les indicateurs sont en augmentation à l’exception du nombre de blessés hospitalisés qui baisse de 16%.

En ce qui concerne les causes des accidents mortels, deux facteurs aggravants sortent du lot : l’alcool (37%) et une vitesse excessive (35%).

Et puis, 40% des usagers impliqués dans des accidents mortels ne portaient pas leur ceinture de sécurité et 14% n’avaient pas leur casque.

« 10 vies auraient pu être sauvées si l’équipement avait été porté » conclut le rapport publié par la DEAL sur l’année 2019 en Guadeloupe.