Affaire Séguineau : « Pourquoi tant de haine et de racisme » demande Bernard Bally qui fait part de sa « déception » au préfet de Martinique

Rédigé par : Hugo Paterne, le
Publié dans : Actualites, Martinique
Mots clés :

Le propriétaire du terrain de Séguineau a rédigé sa lettre hier dimanche 15 novembre au préfet Stanislas Cazelles. Bernard Bally s’exprime dans ce dossier vieux de 33 ans maintenant.

« C’est avec grand étonnement et déception que j’apprends par les nouvelles que vous êtes favorable à un arrêté de servitude d’intérêt public concernant mon terrain de Séguineau. Alors que j’avais proposé une transaction il y a 6 mois à la CTM. Transaction acceptée et validée par un vote de l’assemblée territoriale. Mais transaction refusée d’être exécutée par le président de l’exécutif ».

Il faut rappeler que le jeudi 11 juin 2020, plusieurs élus de l’Assemblée de la CTM ont voté une enveloppe de près de 225 000 euros à payer à Bernard Bally.

Bernard Bally pose alors ces questions dans sa lettre ouverte au préfet.

« Où est la démocratie ? Pourquoi tant de haine tant de racisme ? Allant jusqu’à priver la population d’eau, plus grave, le non respect de la parole donnée et de sa signature ».

Contrairement à certaines affirmations, Bernard Bally explique qu’il n’a jamais été indemnisé dans le temps pour cette servitude. Il rappelle encore qu’en 2015, qu’il était sur le point de conclure une transaction avec le conseil général pour un montant de 450 000 euros.
Mais Bernard Bally explique avoir choisi de diviser cette somme quasiment par deux pour plusieurs motifs qu’il met en avant dont le Carême extrêmement dur, le contexte sanitaire inédit de 2020, et la détresse de la population.

Et il rappelle les chiffres sur lesquels les parties sont tombées d’accord. « J’ai proposé au président du Conseil Exécutif de la CTM la vente du terrain pour 15 000 euros, l’indemnisation des préjudices et l’abandon de toutes les procédures, pour un montant 225 000 euros global en espérant des travaux immédiats pour le rétablissement de la conduite de 800 millimètres de diamètre et ainsi soulager la population. Je doute en l’état des procédures engagées et de votre nouvelle solution improvisée de servitude d’intérêt public que la situation n’aboutisse rapidement et à un moindre coût ».

Bernard rappelle qu’il a autorisé la pose de la quatrième canalisation provisoire il y a quelques mois pour soulager la population. Il invite encore le représentant de l’État à reconsidérer sa nouvelle procédure de servitude d’intérêt général.

Lire la lettre ouverte Bernard Bally ici