Aïssa Maïga plaide pour une franche diversité au cinéma, Nadine Morano l’invite à « repartir en Afrique »

Fondatrice du collectif « Noire n’est pas mon métier », présidente des collectifs 50/50, à l’initiative des #BlackCesars, l’actrice Aïssa Maïga a profité d’une tribune prestigieuse et d’une grande audience médiatique pour un plaidoyer contre le racisme systémique qui perdure dans l’industrie du cinéma en France. « On est de la même famille, on se dit tout » martèle la comédienne tout au long de son discours engagé. Un appel qui aura une nouvelle fois fait sortir du bois, Nadine Morano.

 

Silence gêné dans le public entièrement composé de professionnels blancs du cinéma : « Çà fait plus de deux décennies que je ne peux pas m’empêcher de compter lors des réunions du métier » a lâché d’entrée, la comédienne Aïssa Maïga, vedette de la nouvelle série de France 2, créée par Lucien Jean-Baptiste : « Il a déjà tes yeux ».

Cette 45ème cérémonie des Césars rentrera dans les annales du cinéma français comme la soirée la plus vive en émotion. 

Tout a commencé le jeudi 13 février en début soirée quand, dans un communiqué, l’Académie des Césars annonçait un « renouvellement complet » de la direction de l’organisation. Ce qui aura mis le feu aux poudre c’est, rappellent les médias nationaux, le conflit opposant l’Académie des Césars et la Société des réalisateurs français (SRF). Cette dernière reprochant à l’Académie des Césars, ses pratiques opaques et ses choix contestés.

Des critiques qui interviennent également à un moment où les acteurs et actrices alertent sur un cinéma français censé rendre visibles les minorités et mettre en place l’égalité femmes/hommes. En fond de scène, la nomination du réalisateur Roman Polanski, sélectionné dans plusieurs catégories des Césars, n’a fait que rajouter au mécontentement général de la profession. Pour plus de sérénité, Alain Terzian, le président controversé et son équipe démissionnent. Rien n’y fait la soirée des Césars augurait déjà d’une ambiance de colère et d’insatisfaits.

Dans la salle Pleyel ce vendredi 28 février 2020, le discours attendu  d’Aïssa Maïga, intervenait juste avant la remise du César du meilleur espoir féminin. Déesse sénégalaise, le corps voluptueusement drapé de jaune et sculpturalement coiffée la jeune femme s’est présentée tout sourire devant l’assistance, livrant un plaidoyer pour plus de diversité au cinéma. Un appel qui se voulait amusant et sévère contre les réalisateurs et producteurs peu enclin à ouvrir leur casting aux minorités.

« On a survécu au whitewashing, au blackface, aux tonnes de rôles de dealers, de femmes de ménages à l’accent bwana, on a survécu aux rôles de terroristes, à tous les rôles de filles hypersexualisées… Et en fait, on voudrait vous dire, on ne va pas laisser le cinéma français tranquille » a déclaré Aïssa Maïga. « J’ai toujours pu compter sur les doigts d’une main le nombre de non-blancs » a indiqué l’actrice qui énumérait les Noirs dans la salle comme Ladj Ly, le réalisateur primé des « Misérables ».

Coup de tonnerre pour l’ancienne députée, membre du parti Les Républicains, Nadine Morano a aussitôt twitté à l’adresse de la franco-sénégalaise : « Si vous n’êtes pas contente de voir autant de blancs en France, mais repartez en Afrique ! Y a-t-il 50% de blancs dans les films africains ? ».

Une réponse que les internautes n’ont pas apprécié, demandant à l’eurodéputée d’effacer son tweet quand d’autres l’ont qualifiée de : « La meilleure raciste désespérée dans un rôle de second plan … La mère Morano ! ». Rien n’y fait Nadine Morano a renchéri dans sa lancée : « Et ? Elle peut aussi revenir au Sénégal si elle n’est pas contente ! Ras le bol de ces revendications permanentes dans un pays qui l’a accueillie ? Les Français « blancs » revendiquent au Sénégal ?.. Non alors stop ! ».

Malgré les interventions en ligne de personnalités telles que le journaliste Jean-Michel Apathie ou le député LREM Aurélien Taché qui condamnent les propos de Nadine Morano, l’intéressée a re-twitté en disant préféré de très loin le chroniqueur et journaliste Eric Zemmour.

Quant à Aïssa Maïga, la comédienne n’a toujours pas réagi aux attaques de l’eurodéputée Nadine Morano.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
Images C’news Actus Dothy et captures d’écran