Alexandra Harnais répond sans polémique à un article qui l’a profondément blessée

Rédigé par : Hugo Paterne, le
Publié dans : Actualites, Martinique
Mots clés : ,

La source de ce mal être ? Un article paru sur CaraibCreloleNews intitulé « Maltraitance : L’Octobre très noir de Gerty Curier », une ex Amazone ! Cette dernière explique qu’elle été exclue d’Amazones Guadeloupe de façon abusive. « Il y a eu une véritable manœuvre malveillante prise à dessein dans l’intention manifeste de nuire à ma personne . On me reproche d’avoir usurpé l’identité de la Présidente, de faire de la politique et de mener des actions personnelles et déloyales ».

Gerty Curier poursuit encore « Je tiens à souligner que certaines de mes démarches ont été entravées. Parmi elles notamment, la fusion voulue avec l’association LYANNAJ ROSE, qui n’a pu aboutir du fait de la mauvaise volonté de certains membres. Alors que tout avait été prévu pour une union des deux associations dans le seul intérêt des malades du cancer, ce fut une grande déception, car je pense que nous sommes passés à côté d’un grand projet ».

Et l’ex Amazone conclut : « dans cette affaire, les problèmes d’égo ont pris le pas sur l’objectif premier  et  sur  les fondamentaux de l’association ! Pourtant, le leitmotiv « Amazones Sé Lanmou » n’a aucunement sa place face un tel acharnement. Cela m’attriste, car je n’ai trouvé ni amour ni bienveillance.

J’ai le soutien de certaines Amazones, qui ont, pour des raisons d’éthique, préféré ne pas renouveler leur adhésion. Aujourd’hui, je souhaite rétablir la vérité et surtout éviter que cela se reproduise avec d’autres Amazones. Malgré cette tumultueuse et malheureuse aventure, je fais de mon mieux pour avancer pas à pas, sourire à la vie, telle l’Amazone que j’incarne ».

Alexandra Harnais, la fondatrice de Amazones répond en ces termes : « Cet article qui m’a bouleversée et m’a fait très mal. Il m’a fait du mal à moi, mais aussi à mes ami.e.s, à ma famille, aux personnes qui œuvrent d’arrache pied à mes côtés sans relâche à cette utopie que nous appelons Amazones. Je n’ai pas souhaité entrer dans une polémique car se quereller, dire du mal, cela ne me ressemble pas. Alors j’ai écrit une lettre avec le cœur. Avec les larmes, avec la foi. J’ai fait ce que je sais faire. Sans détours, sans chercher de coupable ». Elle demande de ne pas rentrer dans une polémique vaine.

Voici l’intégralité de sa lettre ouverte :

Lorsque j’ai reçu l’article intitulé Guadeloupe-Martinique. Maltraitance : L’Octobre très noir de Gerty Curier une ex Amazone ! j’ai pleuré. Je me suis sentie abattue. Trois ans. Trois ans de travail qui laisse parfois sans force. Qui parfois atteint sa santé. Un engagement qui vous fait manquer des anniversaires, des naissances, des moments familiaux, amicaux, des opportunités professionnelles.

J’ai eu la nausée. J’en ai eu des vertiges. J’en ai eu les tripes en feu. J’en ai eu des frissons. J’ai voulu hurler. J’ai voulu baisser les bras… Vraiment… Et cette question… Pourquoi ? Il fallait que je dépasse cette douleur, pour que je comprenne : pourquoi ?

J’ai d’abord commencé par lister tout ce qui n’était pas vrai dans cet article, la supposée rivalité Guadeloupe- Martinique par exemple (mon père est martiniquais et ma mère guadeloupéenne), et d’autres “vérités” qui n’en sont pas… Mais je me suis dis… Alex à quoi bon ?
Alors vous savez quoi ? J’ai décidé de vous écrire une lettre ouverte avec mon cœur.
J’ai choisi la voie de la bienveillance et je souhaite aller dans le fond. Dans le fond ce que j’ai lu, c’est la souffrance d’une femme, Gerty, qui s’est sentie rejetée de sa Tribu et j’en suis désolée car la souffrance d’une femme, c’est la souffrance de toutes.

Fallait-il exclure Gerty ? Que s’est-il passé pour en arriver là ? Gerty y exprime ses regrets et sa vérité. Je l’entends et même si je ne partage pas son point de vue, je n’ai pas envie de dire des choses qui ne lui feraient pas du bien. Comme moi, comme chacune de nous, Gerty mérite sa part de ciel bleu et je n’ajouterais pas à la souffrance ou à la rancœur qui font tant de mal. Non, nous n’avons pas besoin de cela. Cette foutue maladie nous en fait suffisamment.
J’ai tellement envie que nous avancions. Que les femmes de nos régions avancent, construisent. Parfois, les énergies, les personnalités ne s’alignent pas, ne se comprennent pas. Je tiens quand même à préciser que les associations sont entièrement autonomes dans leur fonctionnement. La Martinique n’intervient pas dans le fonctionnement de Guadeloupe et inversement ni Paris dans celui du Pacifique ou de la Réunion. Nous sommes d’ailleurs en co-construction de notre constellation lanmou.

Je crois qu’il ne s’agit pas d’égo, mais de façon de concevoir la vie peut être différemment. Mais ce n’est pas grave, n’est-ce pas ? C’est la vie ! La vie faite de personnes différentes, avec des rythmes différents, des histoires différentes, des objectifs différents. Les raisons qui ont poussé Gerty à démissionner (puisque Gerty a démissionné avant d’être exclue) et les raisons qui ont poussé les membres d’Amazones Guadeloupe d’exclure Gerty sont les leurs… Et ce sont des blessures qui doivent être soignées avec le temps et beaucoup de bienveillance.
Parfois, il faut se séparer, construire de son côté, et se retrouver pourquoi pas? Plus tard, quand nous convergerons à nouveau. Cela peut être douloureux, parfois pas. C’est ce que nous faisons qui importe.

Mon livre de chevet en ce moment m’enseigne ceci : “ Une même réalité peut être perçue différemment par deux personnes : l’une s’en félicitera, l’autre en sera malheureuse. Un individu donné peut percevoir une maladie comme un terrible coup du sort alors qu’un autre, par-delà la douleur présente, y verra une occasion de se remettre en question, de changer telle ou telle chose dans sa vie, et ne se départira pas de sa paix intérieure. Face à une agression, certains ressentiront de la haine, un désir de vengeance, quand d’autres n’éprouveront aucun ressentiment. Le sage stoïcien Épictète affirme ainsi : “ Souviens- toi que ce qui te cause du tort, ce n’est pas qu’on t’insulte ou te frappe, mais l’opinion que tu as qu’on te fait du tort. Donc si quelqu’un t’a mis en colère, sache que c’est ton propre jugement, le responsable de ta colère.”… “chacun porte le monde dans son regard. Un homme malheureux quelque part sera malheureux partout et un homme heureux quelque part sera heureux partout”. “La sagesse, expliquée à ceux qui la cherchent” Frédéric LENOIR.

Aujourd’hui la tribu des Amazones un peu partout en Outre-Mer essuie des larmes, c’est la vie et il faut l’accepter. Accepter la colère, les regrets, et également accepter de construire, pas à pas, avec patience, en acceptant de se tromper.  Et puis surtout, je nous le souhaite à toutes et tous, le plus important finalement, je nous souhaite d’être tellement heureux.ses.

Alexandra Harnais
Fondatrice de Amazones