Alfred Marie-Jeanne alerte Macron sur les « grandes difficultés » du tourisme et des finances de la CTM

Rédigé par : Polly Miette, le
Publié dans : Actualites, Martinique
Mots clés : ,

En pleine pandémie de COVID19, Alfred Marie-Jeanne a brossé un tableau particulièrement pessimiste de l’avenir économique de la Martinique, lors d’une visioconférence Outre-mer organisée, jeudi, par le chef de l’Etat.

Les impacts de cette crise se font ressentir : d’abord sur l’économie.
Cette crise sanitaire génère une crise économique et financière pire que celle de 2008 », a-t-il dit à Emmanuel Macron. « Elle frappe tous les secteurs sans exception », a-t-il ajouté, insistant sur le tourisme « qui constitue un des piliers de notre économie et qui aura du mal à s’en remettre».

Une enquête menée auprès de professionnels du tourisme en mars dernier, estimait la perte du chiffre d’affaires du secteur entre 59 et 83 millions d’euros pour les deux mois de février et mars 2020, soit une baisse de chiffres d’affaires de 70 % comparée aux mêmes mois de 2019, a rapporté le Président de l’exécutif de la Collectivité territoriale.

« Quand bien même la CTM soutiendra ce secteur dans le cadre des dispositifs d’urgence mis en place et du Plan de reconstruction à venir, elle ne saurait tout absorber », a prévenu Alfred Marie-Jeanne. « Comment et à quel niveau l’Etat prévoit d’intervenir dans ce secteur majeur pour nos économies ? » a-t-il demandé à Emmanuel Macron, avant d’attirer son attention sur les difficultés financières de la CTM. « Ces impacts se font ressentir également sur les finances de la CTM », a-t-il rajouté.

« Les pertes de recettes sont considérables, particulièrement sur l’octroi de mer, sur la taxe sur le carburant et sur la taxe d’embarquement », a assuré Alfred Marie-Jeanne. Au mois de mars, l’octroi de mer a chuté de 20 % et les autres taxes entre 20 et 39%, a poursuivi le président de la CTM.

Le manque à gagner sur un trimestre se solde déjà à 11 Millions sur 199 M€ prévisionnels, et la tendance sur les prochains mois s’annonce « peu encourageante », a-t-il estimé.
« La Collectivité est en conséquence confrontée à d’énormes difficultés budgétaires et financières, alors même qu’elle est la principale Collectivité à organiser l’aide d’urgence », a fait observer Alfred Marie-Jeanne qui a prévenu : « nous aurons à négocier avec vous une réorientation des investissements prévus dans le cadre du Contrat de Convergence et de Transformation. »

Il a reconnu que le modèle économique et de société de l’île « devra forcément évoluer ».
« Notre organisation du travail également devra profiter de ce nouveau contexte pour se réformer », a-t-il ajouté.

S’agissant de la crise sanitaire, le président de la CTM a rappelé que la Martinique était la plus durement touchée par la pandémie avec 175 cas confirmés pour 14 décès.

S’il reconnaît que les 45 jours de confinement ont « permis d’endiguer la dispersion virale et d’empêcher le débordement des services hospitaliers », il fait toutefois remarquer «dans le même temps, la Martinique est « confrontée au fait que le virus a peu circulé et la population est très faiblement immunisée ». « L’étape qui vient doit prendre en compte cette situation. Quels principes doivent être retenus pour le déconfinement progressif ? « a-t-il Interrogé.

Le president a proposé trois axes :
1. « Améliorer durablement nos capacités de prise en charge sanitaire publiques et privées, en moyens technique, en matériel et en personnel »
2. « Impliquer systématiquement la Collectivité Territoriale de Martinique dans le processus de décision »
3. « Responsabiliser la population en ayant confiance dans nos traditions de solidarité ».