Anelka, Tony Parker, Manuel Valls… L’année 2013 se termine en « quenelles »!

Vues : 51

Des quenelles par ci, des quenelles par là… Après l’affaire Nicolas Anelka, qui s’est finalement résigné à ne plus en faire à la demande de son club, c’est au tour de Tony Parker d’être pointé du doigt outre-atlantique. En effet, le rabbin américain Abraham Cooper déclarait dans le journal new-yorkais « The Algemeiner »: « En tant que figure de proue du sport de part et d’autre de l’Atlantique, Tony Parker a une obligation morale particulière et doit se dissocier d’un geste que le gouvernement de la France a identifié comme antisémite ».

Dieudoné Tony Parker

Le basketteur s’est donc exécuté et s’est excusé ce lundi, par voie de communiqué de presse par son club pour ce geste qu’il considérait comme anodin qui fait polémique ces derniers temps:

« Quand j’ai été photographié il y a trois ans en train de faire ce geste, je n’y voyais qu’un moment de comédie et je ne savais pas qu’il pouvait être de quelque façon que ce soit offensant ou blessant […] Comme j’ai appris le caractère sérieux de ce geste, je ne le ferai plus jamais et m’excuse sincèrement […] si j’ai fait du mal avec cet acte. Cet incident servira, je l’espère, à éduquer les autres sur la nécessité de faire attention à des choses qui peuvent paraître innocentes mais qui peuvent en réalité avoir une histoire douloureuse et blessante. »

Mais le plus surprenant, après le judoka Teddy Riner, l’humoriste Jean-Marie-Bigard ou encore Samir Nasri, c’est Manuel Valls lui-même qui figure dans les archives de la quenelle! Celui qui se dit déterminé à faire interdire les spectacles de Dieudonné, s’est pris au jeu sans le savoir le 21 septembre dernier lors d’un déplacement ministériel à Millau dans l’Aveyron. Quelle ironie du sort! Ça aura été définitivement l’année des « quenelles »!

Quenelle Valls

©PHOTOPQR/LE MIDI LIBRE/EVA TISSOT

Le parquet de Paris a ouvert ce lundi une enquête préliminaire pour «incitation à la haine raciale» suite aux propos antisémites de Dieudonné envers Patrick Cohen, journaliste de France Inter. La Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) est en charge de l’enquête.

Crédit photos: Google images