Arrivée du Dixmude en Martinique : L’Assaupamar demande une quarantaine pour tous les marins

Rédigé par : Melody Thomas, le
Publié dans : Actualites, Martinique
Mots clés :

Dans un courrier adressé au Préfet de la Martinique, l’Assaupamar demande des mesures de quarantaine pour tous les marins du Dixmude, dont l’arrivée est prévue le 19 avril à Fort de France !

L’arrivée du porte-hélicoptère Dixmude est prévue à la Martinique dimanche 19 avril 2020. On nous annonce qu’il apporte aux Antilles 170.000 masques FFP2, un million de masques chirurgicaux et du gel hydroalcoolique, qui nous font bien défaut.

Mais l’histoire récente nous enseigne que les aidants qui viennent de l’extérieur nous aider ne sont pas à l’abri d’une contamination. A preuve ce médecin arrivé le 1er avril pour renforcer les équipes de l’hôpital du Loirrain-Basse-Pointe, testé positif au Covid-19 le 14 avril, qui entraîne désormais une quinzaine de personnes en quarantaine avec lui.

De même que le confinement militaire à bord du Charles-de-Gaulle n’a pas empêche que au moins 1.081 des 2.300 marins soient détectés positifs au Covid.19 aujourd’hui 17 avril.

Or, c’est lundi 20 avril que doit entrer en vigueur le confinement obligatoire de tout nouveau voyageur arrivant en Martinique.

Dans ces conditions, l’ASSAUPAMAR demande que les mesures sanitaires élémentaires soient prises, à savoir

– Le confinement en quarantaine de tout nouvel entrant sur le territoire Martiniquais, particulièrement les marins du Dixmude

-le test de tout marin ;

– la prise en charge immédiate des cas grave avérés sur le Dixmude par l’hôpital de La MEYNARD, en prenant les précautions pour éviter toute risque de dissémination

– désinfection de tout élément matériel appelé à débarquer du Dixmude, particulièrement les colis de masques ou de gel.

L’ASSAUPAMAR tient a rappeler que l’insularite de la Martinique est, comme celle de toutes les autres îles, un atout

A la mesure de l’intensité de la pandémie, et du temps long et inconnu de déconfinement progressif qui est envisagé, il est parfaitement imaginable de tester l’ensemble de la population des territoires insulaires, ce qui permettrait rapidement de

1. Consigner les seuls porteurs du virus (le temps des soins), et les entrants sur le territoire (le temps de la quarantaine de 21 jours) ;

2. Des lors, faire des iles des lieux exempts de cette maladie, où toute l’activité pourrait reprendre sans aucune restriction ;

Veuillez agréer, Monsieur le Préfet, nos salutations d’écologistes martiniquais.
La Présidente
Rosalie Gaschet