Ary Chalus : Guy Losbar, 1er Vice-Pdt « refoulé » répond, « Buvons notre honte ! » s’énervent des guadeloupéens

Dimanche 27 octobre 2019, la toile a tremblé dans la Région Outremer, plus exactement dans la zone antillaise. En Guadeloupe, au Complexe World Trade Center (WTC), alors qu’Edouard Philippe est en déplacement avec toute une délégation métropolitaine dans le but de trouver des réponses à la question des sargasses, une décision va sidérer les internautes. Filmé par un vidéaste Web, ce dimanche après-midi, Ary Chalus est renvoyé, empêché d’accéder à la Salle du Conseil qu’il préside normalement. Le politique était pourtant aux côtés du Premier Ministre, d’Edouard Philippe et de sa garde approchée toute la matinée.

Ary Chalus au Salon du Livre en avril 2018, stand des Outremers

Stupéfaction, outrage et honte, les antillais ne décolèrent pas. Malgré les explications surprenantes du Premier Ministre, le gouvernement essuie un tonnerre de réactions sévères qui ne cessent d’enfler jour après jour. Les commentaires divergent entre ceux qui acceptent les décisions d’Ary Chalus, qui à force d’insistance est entré présider la séance et d’autres qui ne comprennent pas qu’un élu antillais « plie l’échine », sans manifester plus de révolte.

Dans la presse locale, la parole est aux guadeloupéens qui s’expriment sans langue de bois. Deux jours après l’incident, c’est au tour de S. une habitante de Vieux-habitants, entre honte et chagrin, l’auditrice estime que l’affaire est close puisque Ary Chalus l’affirme : « Buvons notre honte et passons à autre chose, puisque Mr Chalus s’évertue à faire croire que ce n’était pas grave. » S. comme beaucoup d’auditeurs prennent note de l’attitude après coup, docile du Président du Conseil Régional de la Guadeloupe et résume :

« Mr Chalus a repris texto une phrase du 1er ministre minimisant son empêchement d’entrer dans la salle du Conseil régional « Ça peut arriver ». Il accepte ainsi d’être « méprisé (…) On a laissé passer (le Préfet et les autres) « sur le taux de mélanine » ajoute la guadeloupéenne.

A l’instar de Mme Hélène Christophe-Vainqueur , fallait-il quitter les lieux et partir, voire même retourner en métropole ? C’est en fait la véritable question que se posent tous ceux qui se disent blessés après l’indélicatesse de l’entourage gouvernemental durant cette visite du Premier Ministre.

Guy Losbar, 1er Vice-Pdt du Conseil Régional de Guadeloupe

Aujourd’hui, Guy Losbar, Président du GUSR, 1er Vice-Président de la Région Guadeloupe et maire de Petit-Bourg en Guadeloupe répond aux sollicitations des citoyens : « J’ai estimé que la représentation guadeloupéenne n’était pas respectée. Je suis parti parce que indigné, blessé en tant qu’élu guadeloupéen. J’ai assisté à la restitution des travaux et je ne suis jamais revenu. Tout ceci nous enseigne sur nous mêmes, sur nos contradictions (…) s’offusquer que l’on ne puisse nous prendre en considération, qu’on puisse ne pas nous respecter. Je comprends et partage l’indignation des guadeloupéens qui sentent aujourd’hui blessés voire humiliés (…) Il faut agir pour que nous soyons plus respectés, pour cela ne puisse jamais se reproduire en Guadeloupe »

Et en réponse aux problèmes des sargasses, dont c’était l’objet de la visite d’Edouard Philippe, le Vice-Président du Conseil Régional de Guadeloupe a lancé ce message, rempli d’enseignement : « A l’initiative de la Guadeloupe, des ministres, des entreprises, des chercheurs des états de la Caraïbe et des pays comme le Mexique, comme le Panama, le Guatemala, le Brésil, se sont rencontrés pour le problème des sargasses. Ce partage d’expérience, de compétence et de savoir, nous permettra d’être plus performants dans le traitement des sargasses et notamment sa valorisation. Sur ce plan là ce fut au moins une belle réussite ».

Hélène Christophe-Vainqueur (Guadeloupe)

Le Vice-Président, Guy Losbar n’a pas suivi le reste des « obligations de la visite ministérielle », l’élu n’était pas présent pour la visite du CHU. Quant à la députée Hélène Christophe-Vainqueur , elle a aussi « rebroussé chemin », son nom n’étant pas sur la liste des admis au Conseil régional de Guadeloupe.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy
Images C’news Actus Dothy