Aurélie Nella, maire de Ducos : «Il faudra être à la hauteur pour les femmes et pour la jeunesse »

Rédigé par : Polly Miette, le
Publié dans : Actualites, Martinique
Mots clés :

Dès le soir de sa victoire, dimanche, Aurélie Nella, la nouvelle mairesse de Ducos a placé la barre haut. « Il faudra être à la hauteur pour les femmes et pour la jeunesse », a lancé la jeune femme de 35 ans qui cumule les superlatifs.

Plus jeune mairesse de Martinique, première femme élue maire à Ducos, première tentative en tant que tête de liste et quatrième femme maire en Martinique. Aurélie Nella assume et accepte d’incarner ce «symbole d’espoir » qu’elle a fait naître au sein de la jeunesse.

Au soir de sa victoire, elle a entonné avec ses jeunes partisans le célèbre chant de protestation de la jeunesse martiniquaise « tchè nou blindé ». Une chanson phare des grèves de 2009 à Fort de France, régulièrement reprise dans les mouvements de contestation des jeunes martiniquais.

Inconnue du paysage politique martiniquais, avant les élections territoriales de 2015, Aurélie Nella a connu depuis une ascension fulgurante.

Les habitants ont exprimé une volonté de changement, de tourner la page

Vice-présidente du parti du député Jean-Philippe Nilor, Péyi’a, Aurélie Nella est collaboratrice parlementaire, doctorante et membre du conseil exécutif de la Collectivité de Martinique (CTM), instance où elle a croisé le fer avec la majorité du Président de l’exécutif Alfred Marie-Jeanne.

Sa victoire sur la liste de Péyi-a conforte l’influence politique de son parti dont les porte-drapeaux sont Marcellin Nadeau (Prêcheur) et le député Jean-Philippe Nilor.

« C’est un signal. A travers cette élection c’est aussi d’abord le signal d’une volonté de changement, de renouvellement du personnel politique », explique la jeune femme au micro de RCI. « Après trois mandatures du maire actuel, la population avait à cœur de voir une nouvelle équipe incarnant un renouveau. Un nouveau souffle que l’on veut voir souffler sur la ville. Il y a une page qui se tourne », ajoute-t-elle.

Un appel au rassemblement

Pour Aurélie Nella, il s’agit d’écrire «une nouvelle » page. « Je tiens vraiment qu’elle s’écrive sous le sceau du rassemblement. Le rassemblement des Ducossais, le rassemblement du personnel municipal et que ce soit vraiment une mandature digne de ce nom », assure-t-elle.

Au second tour du scrutin municipal de ce dimanche 28 juin, Aurélie Nella a obtenu 46,53% des suffrages, loin devant deux adversaires expérimentés, Marius Narcissot du MIM (32,87% de voix) et Louis Marie-Sainte du PPM (20,62% de voix).

Une victoire saluée sur les réseaux sociaux.
«Bravo Mme le maire, une fraîcheur dans le paysage politique Martiniquais», lui écrit Nicole.
« Ça fait plaisir de voir une jeune femme, félicitations à Aurélie Nella, puisse-t-elle apporter le changement nécessaire », s’enflamme Roots.

« Je veux remercier cette jeunesse. Cette jeunesse qui s’est exprimée (..) qui m’a accompagnée aussi pendant la campagne et puis saluer toutes les générations », indique Aurélie Nella qui rappelle que son équipe était « inter-générationelle ».
Son objectif : «Faire ensemble, dans cette construction qu’on aura à cœur de développer ».

La jeunesse au cœur de son dispositif

« Cette élection doit être un signal pour cette jeunesse qui doit pouvoir s’impliquer, qui mérite d’être accompagnée et prendre confiance en elle parce qu’on sait qu’elle connaît des difficultés, qu’il faudra aussi gérer y compris au niveau de la municipalité », explique Aurélie Nella.

La jeune femme a déploré le climat délétère et « très dur » qui a prévalu durant la campagne « avec beaucoup de dénigrements, d’attaques personnelles », responsable, selon elle, de la défaite de ses adversaires.

« Je pense que la population a eu envie de dire stop. Le résultat est là, même au-delà de nos espérances », lâche-t-elle. elle.

« Ma première action ce sera, dès lors que je prendrai mes fonctions, de rencontrer ce personnel municipal, qu’il faudra aussi accompagner parce que c’est un pilier fort de notre politique avenir », souligne-t-elle sur RCI.

Elle met enfin l’accent sur les « gros chantiers à prendre en mains dès le départ de cette mandature », citant le vote du budget, la préparation de la rentrée scolaire et l’accompagnement du personnel dans ce contexte sanitaire particulier.