Barry Farmer est un vrai «papa poule» avec ses 3 fils, Jason, Xavier et Jeremiath

L’aventure familiale de Barry Farmer ressemble à un conte de Noël, mais il est bien réel. Il donne de l’espoir  à tous ceux qui croient dans la fraternité entre les peuples. Pour peu qu’on leur donne les bases nécessaires pour comprendre qu’il est possible de vivre ensemble dans l’égalité et la générosité.

Barry Farmer, un animateur de radio de 26 ans, originaire de Virginie a adopté trois garçons qu’il élève seul. Isolé et seul, il est dans une famille d’accueil quand sa grand-mère le prend finalement sous ses ailes. Une chance pour le gamin de l’époque, un rapprochement qui a pu se réaliser grâce au programme Kinship Care.  En Angleterre, le Kinship Care permet aux autres membres de la famille de prendre la relève lorsque les parents ne sont pas capables d’assumer l’éducation de leurs enfants. Mais ce long voyage affectif a laissé des cicatrices qui ont beaucoup marquées Barry Farmer. Il s’était alors fait la promesse d’épargner ce modèle de vie à d’autres enfants.

Ce vrai conte de fée avec ses trois fils, il le commente sur Instagram : «La paternité, j’y ai beaucoup réfléchi parce que je voulais devenir le père que j’e n’ai pas eu durant mon enfance. Je suis très impliqué dans ma nouvelle vie. Je suis là quand mes garçons vont se coucher et je suis encore là quand ils se réveillent.»

Dans les communautés noires, certains pères sont souvent absents, désertant leur foyer et leurs petit(e)s poussent sans l’ombre paternelle. Devenir père quand on est encore célibataire, c’est comme un exploit pour cet homme qui recueille son premier garçon à l’age de 21 ans. Afro-américain, père de trois enfants blancs, Barry Farmer est conscient qu’il devra faire face à de nombreux préjugés mais l’homme de radio a de la charité et de l’amour à revendre.

Son projet a été mûrement pensé. Ses études secondaires terminées, le futur père prépare sa licence de parent d’accueil pendant que «ses copains étudient, jouent et boivent encore de la bière à pas d’heure». Ce n’est qu’en 2011 que Barry Farmer reçoit chez lui Jaxon qui a huit ans. Au moment de repartir dans sa famille, l’enfant le supplie de le garder pour toujours. Deux ans plus tard, il adopte Xavier et arrive Jeremiah. Les trois garçons qui se considèrent comme des frères ont tous refusé de quitter le foyer d’accueil de Barry Farmer.

Aujourd’hui, huit ans plus tard, Barry Farmer est un heureux papa même s’il traverse quelque fois des turbulences : «La parentalité peut être stressante, écrasante, ingrate, imprévisible, mais satisfaisante.» déclare sur son compte Instagram, Barry Farmer né en Virginie, dans un Etat du Sud-Est des Etats-Unis.

Dorothée Audibert-Champenois Facebook Twitter C’news Actus Dothy
ImagesInstagram