Bob Marley : Hollywood et Ziggy Marley préparent un film sur la vie de la légende jamaïcaine

Vues : 1004

Mercredi 13 juin 2018, Paramount Pictures a confirmé, sans donner trop de détails, qu’un film biographique sur Bob Marley sortira bientôt sur les écrans. Six ans après « Marley » le film de Kevin MacDonalds, le studio hollywoodien annonce sa collaboration artistique avec le premier fils du chanteur jamaïcain, Ziggy Marley, pour cette nouvelle réalisation.

Dans ce nouveau film sur Bob Marley, on y découvrira sa vie, ses onze enfants, ses femmes, son combat contre la maladie et surtout son parcours professionnel jalonné de tardifs succès.

Né pauvre à Nine Miles en Jamaïque, le jeune homme est très vite parti de son quartier pour s’installer à Trench Town, un quartier sud de la capitale Kingston. Puis le jeune Robert Nesta Marley, soudeur de profession, part rejoindre sa mère aux USA mais ne perd pas de vue ses objectifs musicaux. Il se marie avec Rita, déjà maman d’une fille Sharon, qu’il reconnaît et, s’associe avec son ami d’enfance, Peter Tosh puis Bunny Wailer et forme le groupe « The Wailers ».

Entre le ska, la soul, le blues et le gospel, le trio compose et enregistre de nombreux titres mais peine à se faire connaître. Ils se séparent et en compagnie des I-Threes (Rita Marley-Anderson, Marcia Griffith et Judy Mowatt), Bob Marley en solo, devenu une star planétaire, part en tournée. C’est l’époque de « Bob Marley et les Wailers ». Frappé en pleine gloire par un cancer qui s’est généralisé, Bob Marley arrête sa tournée Up Rising et la légende du reggae, trop faible pour finir ses jours sur sa terre natale, décède à Miami au Cédars Hospital en Floride.

Il aura le temps de dire à son fils Ziggy, que « l’argent ne peut acheter la vie ».

De 1962 à sa mort le 11 mai 1981, Robert Nesta Marley, Nesta pour sa mère et Bob pour les autres aura laissé un immense héritage musicale et fait connaître au monde entier le rythme du reggae. Non seulement le reggae mais la culture rastafari fera partie intégrante de sa philosophie de vie. Avant sa mort, Bob avait changé de nom, en hommage à sa foi rastafari, il avait pris le nom de Berhane Sélassié qui signifie en « lumière de la Trinité » en Amharique, une langue parlée en Ethiopie.

Dans le monde entier, le public a en mémoire, les chansons cultes qui ont marquées des générations de fans de reggae : « Could You Beloved, Stir It Up, Get up Stand up, Forever Loving Jah, Kaya, Is This Love, Soul Rebel, One Love, I Shot The Sheriff ou Redemption Song ».

Métis, d’un père blanc de Jamaïque (contre maître de plantation) et d’une écrivaine et chanteuse noire jamaïcaine, Bob Marley a été un porte parole de la communauté noire sur les questions identitaires, raciales et politiques. Son engagement et sa célébrité lui ont permis de rapprocher, l’instant d’un concert, deux leaders politiques Michael Manley (PNP) et Edward Seaga (JLP) que tout opposait. La photo qui immortalise cette rencontre se déroule au concert One Love Peace-Smile Jamaica à Kingston. Avant cela, il échappera de justesse à un attentat, destiné à l’abattre, fomenté par le Parti Travailliste (JLP) de l’époque.

Il repose à côté de la maison familiale à Nine Miles, où est morte sa mère en avril 2008.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy
ImagesNewsWorld/truth11/Goldminemagazine/trover