Bus Mozaïk et TCSP bloqués : Va-t-on vers un pourrissement de la situation ?

bus-cftu-mozaik

Bus Mozaïk et TCSP bloqués : Va-t-on vers un pourrissement de la situation ? Cela fait une semaine ce vendredi 16 novembre que le réseau Mozaïk est paralysé. Aucun bus vert ne circule dans le centre de la Martinique et aucun BNS, bus à haut niveau de service n’emprunte les voies du TCSP.

Et la perspective d’une solution n’est pas du tout à l’ordre du jour, bien au contraire !  Car L’UTT/ CSTM pourrait prendre part au mouvement.

La centrale syndicale a organisé une conférence de presse ce jeudi matin 15 novembre  à la maison des syndicats à Fort de France.  Elle précise qu’elle est présente dans les entreprises co et sous traitant qui couvre près de 70 % du réseau Mozaïk. Dans ce communiqué, l’ UTT/ CSTM dit observer un lynchage médiatique  car selon elle certains tentent d’utiliser ce mouvement pour effectuer un passage en force. Et donne des exemples :

« une autorité délégante que nous n’avons jamais rencontrée qui impose un service minimum.

Un avocat qui soutient qu’un employé peut être licencié pour propos injurieux. »

La CSTM rajoute qu’elle ne se laissera pas faire et entrera dans la danse car elle a des revendications.

De son côté, le président de la CFTU, Compagnie Foyalaise de Transports Urbains,  Alain Alfred s’est exprimé devant la presse ce jeudi  matin. Il est revenu sur le service minimum qui selon lui est prévu dans les textes. Le droit est connu de tous et la CACEM a délibéré en ce sens selon le responsable.

Alain Alfred a pointé du doigt des manœuvres de certains qui utilise le droit de retrait et le droit d’alerte.

Le PPM, s’est lui aussi exprimé lui aussi dans ce bras de fer par la voix de son secrétaire général Johnny HAJJAR

Le Parti Progressiste Martiniquais appelle l’Autorité Unique, Martinique Transport, ayant le pouvoir d’agir, à s’impliquer pour permettre la résolution du conflit et le redémarrage du service public le plus rapidement possible dans l’intérêt de tous,.

Le Parti Progressiste Martiniquais appelle les parties à faire preuve de responsabilité afin que les usagers ne soient pas pénalisés et que leurs déplacements soient possibles dans les plus brefs délais.

Enfin, l’association des usagers des transports de Martinique a sollicité le préfet pour une audience prévue avant la fin de la semaine.

Déborah Louis-Jean