CACEM : « Décision inadmissible »

Rédigé par : Melody Thomas, le
Publié dans : Actualites, Martinique
Mots clés :

Par Daniel Marie-Sainte, Conseiller Communautaire du Lamentin :

Le quorum ayant été laborieusement atteint au bout d’une demi heure d’attente,
le Conseil communautaire de la CACEM a pu, enfin, tenir sa réunion du Mercredi 23 Octobre 2019 !

Une fois de plus, nous avons constaté que la presse était absente car non informée de cette réunion pourtant publique.

Cette pratique, instituée depuis l’arrivée des élus patriotes et alliés à la CACEM en Mars 2014, permet aux élus de la majorité néo-ppm de prendre des décisions parfois mauvaises pour le peuple, à l’insu de l’opinion publique !

Un exemple parmi d’autres, lors de cette réunion du Conseil communautaire de la CACEM, les élus de la majorité néo-ppm, prenant le prétexte de l’instauration d’une « redevance d’occupation pour les propriétaires de bateaux», ont décidé de voter la mise en place d’un « règlement de gestion des dépendances du domaine public maritime au lieudit Port Cohé.

Dans ce règlement, ils ont prévu « d’interdire l’accès aux piétons non pourvus du badge qui est remis au propriétaires de bateau identifié comme occupant » !

En clair, cela signifie que l’Etat a consenti la gestion d’une partie des dépendances du domaine public maritime de Port Cohé, le 29 Mars 2017, au profit de la CACEM et cette dernière, qui est pourtant un Etablissement Public, prétend se comporter comme un gestionnaire privé !

La CACEM fonctionne avec l’argent des contribuables et prétend interdire à ces mêmes contribuables l’accès au littoral public !

En interdisant cette partie du littoral au public, la CACEM se comporte de la même manière que les propriétaires de villas construites aux bords de la plage de Sainte-Luce et qui prétendaient interdire au public d’accéder à une partie du littoral !

Cela est inadmissible !

J’ai évidemment voté contre cette mesure mise en place les élus de la majorité néo – ppm et alliés, car elle porte atteinte à la liberté de circulation des Martiniquais dans leur propre Pays !

Le 23 Octobre 2019
Daniel MARIE-SAINTE
Conseiller Communautaire du Lamentin

Réaction de l’association écologique Assaupamar :

En effet depuis 1 an deja que l’Assaupamar dénonce cette pratique scélérable de la Cacem a Port Cohé. Les tribunaux ne comprennent rien ou ne veulent pas comprendre !
Ce transfert de gestion de port cohé a été voté avec la complicité de 7 élus sur 53

C’est inadmissible !

Alors que l’ASSAUPAMAR conteste devant les tribunaux le transfert de gestion du domaine public de PORT COHE à la CACEM, les élus de la CACEM ont pris une délibération le 23 octobre 2019 pour interdire aux piétons le passage sur le littoral, en violation de la loi de 1976, reprise en 1986 « loi Littoral », et en violation du décret d’application de 2010.

Pendant que la population se bat, au même moment, pour la mise en application de ce droit de libre circulation sur tout le littoral Martiniquais, et en particulier à Sainte-Luce pour commencer, c’est une atteinte intolérable à nos droits, décidée par des élus la CACEM.
La CACEM voudrait-elle faire de PORT COHE un nouveau CAP-EST ? C’EST INACCEPTABLE

L’ASSAUPAMAR demandera au tribunal d’annuler cette délibération scélérate de la CACEM .
.