Carifesta 13, clap de fin à la Barbade

Vues : 286

Après quelques jours de flottement, dû à l’invitée surprise la tempête Harvey, CARIFESTA 13 a pris sa vitesse de croisière avec la cérémonie d’ouverture le 20 août à Kensington Ovale, le grand stade de Bridgetown voué au cricket, sport national de Barbade. Cette 13ème édition se termine ce dimanche 27 aout.

Le mauvais temps arrivant pile le jour de la date initiale officielle d’ouverture, le programme a été chamboulé , même si seulement quelques dégâts ont été très localisés en 3 ou 4 points du territoire.

Pour ajouter du piment à cette situation, le site web de Carifesta, a scratché, à cause du nombre de requêtes et des intempéries, empêchant d’actualiser les programmes et de prévenir des changements.

Sinon, le cahier des charges émanant de la CARICOM pour cette 13è rencontre culturelle semble avoir été globalement respecté. La manifestation a été éclatée sur plusieurs sites de la capitale Bridgetown, mais aussi, sur les « paroisses » de l’île, afin d’en faire profiter un maximum d’habitants. Le programme s’est étalé en divers lieux scéniques, espaces de rencontres intellectuelles, conférences, colloques, séances de cinéma, ouverture d’ateliers divers, expositions et un espace « marchand » abritant un grand marché dans le centre de convention et ses abords immédiats pour abriter un joli village artisanal et culinaire, animé par le grand podium.

Cependant depuis le 22 août, le site « Carifesta.net » a été remis à jour, avec l’actualisation de la liste des participants, états membres de la Caricom et territoires invités ou observateurs. On y distillera jusqu’au 27 août, date de la clôture, le programme quotidien et toutes les petites choses à savoir. Le gouvernement et la direction se sont largement excusés de la situation à l’occasion des allocutions d’ouverture au stade, par le secrétaire de la Caricom, le ministre de la culture et la directrice du festival.

Retenons que Haïti, pays hôte de Carifesta 12 en 2015, présente la plus grosse délégation avec 150 membres intervenant dans toutes les composantes du festival, coachés par Erol Josué artiste, en charge du musée national et de Philippe Dodard, directeur de l’école nationale des arts. Plusieurs pays importants n’ont pas présenté de délégation formelle, tels que Cuba, Republique Dominicaine, Porto Rico, la Guyane française. Le Conseil régional de la Guadeloupe a financé une délégation de 40 personnes, et est représenté au plus haut niveau par son président M. Chalus.

Une dizaine de volontaires martiniquais conduits par Yv-Mari Séraline qui vit ses 6è Carifesta, se sont pris en charge pour permettre la continuité de la présence de notre territoire à ce rendez-vous, bénéficiant toutefois (après coût) d’une validation de la CTM pour représenter l’entité Martinique, suite à une demande de Andrea Wells, directrice du festival.

Le groupe Martinique participant au défilé d’ouverture, amputé de près de 13 candidats qui ont désisté peu de temps avant le départ pour des raisons variées, a néanmoins tenu son rang avec plusieurs activités intégrées dans le programme officiel et un peu de « off » à notre initiative.

La délégation a assuré une animation musicale, avec un répertoire autour des racines du chouvalbwa complétée par des compositions originales, présenté par les participants de l’OMDAC (Rodrigue Toussiès, Eudes Norbert, Nicole Séraline, Yv-Mari Séraline et le petit Matis qui a fait son solo de clavier).

Il y a eu aussi le lancement de l’exposition sur la thématique choisie, « les arts de la photo « , une exposition très suivie, (reportages et portraits de J.G. Cauver, montage photos infographiques de YMS, images 3D de claude Rodap).

Ernest Breleur, plasticien est intervenu dans les rencontres dédiées aux arts plastiques et à la création visuelle, en tant que représentant par ailleurs d’un collectif d’artistes. La délégation intervient aux conférences, ateliers et au symposium, et des animations ont été programmées avec DJ Titoff et DJ Sonero. le stand Martinique au « Grand Marché » a accueilli la styliste Rébecca MISAT qui a réalisé une démonstration de sacréativité avec le concours d’une jeune modèle de Jamaïque , accompagnée par les musiciens de la délégation qui ont effectués une parade au milieu des stands à la grande joie des exposants et du public.

La traditionnelle cérémonie d’ouverture clôture ce rassemblement nécessaire qui mérite en interne autant qu’en direction du monde plus de qualité, avec l’annonce de la prochaine édition qui devrait se tenir à Trinidad et Tobago.