Cérémonie de deuil : Le Président appelle à faire bloc contre l’hydre islamiste pour « une société de vigilance et non de soupçons »

Ils s’appelaient : Damien Ernest, Anthony Lancelot, Brice Le Mescam et Aurélia Trifiro.

Devant la dépouille de ces trois hommes et de cette femme, le Président de la République Emmanuel Macron a présidé une matinée de recueillements, d’hommages, de décorations et tenu un discours très clair face à l’hydre islamiste. Le Président français a insisté avec des mots très fermes sur la nécessité de faire bloc avec l’Etat, les Institutions, la Police, les Associations pour une vigilance au quotidien.

Avant cela, drapeau en berne à la Préfecture de police de Paris, c’est le ministre de l’intérieur, Christophe Castaner qui aura rendu hommages aux différentes victimes de l’attaque au couteau de jeudi 3 octobre dernier.  Ce mardi matin, cinq jours après les faits, les 4 noms des victimes ont été officiellement dévoilés devant les cercueils où ils ont tous été élevés au rang de Chevalier de la Légion d’Honneur.

Puis, le Président, sous une pluie battante, a fait un discours très grave. Un ton, manifestant une très grande colère face à la violence de l’agression mortelle perpétrée par le martiniquais Mickael Harpon, converti à la religion musulmane 15 ans plutôt et radicalisé.  

Face aux quatre cercueils, le chef de l’Etat a présidé cette cérémonie avec le ton de la révolte et beaucoup de colère dans le regard. Le Président Emmanuel Macron a tenu un discours sans ambiguïté appelant à « se battre contre un islamisme dévoyé » . Durant cette brève allocution, le Chef de l’Etat a envoyé un message très fort en exhortant la population « à signaler, mentionner et a faire remonter les informations’, ce qui  selon lui, n’a pas été le cas avec le tueur Mickael Harpon.

Avec un vocabulaire bien choisi, Emmanuel Macron s’est adressé à toute la Nation en demandant à tous de faire bloc pour une cohésion nationale :

« Je suis venue  parmi vous, pour vous assurer que la lumière sera faite. La justice passera comme il se droit. Je suis venu parmi vous, pour que nous regardions la vérité implacable, pour empêcher que se perpétue de telles dérives, d’un islamisme dévoyé et porteur de mort qui nous vient d’un éradiqué, dans un lieu où on traque les individus dangereux, c’est inacceptable. Face aux islamistes, nous mènerons un combat sans relâche.

59 attentats ont été déjoués depuis maintenant 6 ans et ce drame n’érode rien de la confiance que j’ai en vous. Beaucoup a été fait depuis ces dernières années pour mieux identifier et traquer les individus.

C’est pourquoi vos moyens humains,technologiques continueront à être renforcés, lois après lois, budgets après budgets (…) afin de resserrer les mailles du filet.

Ce n’est pas un combat contre une religion mais contre un dévoiement. Professeurs fonctionnaires, bénévoles et associatifs sont là pour prévenir détecter un travail toujours trop lent mais nécessaire, dont nous ne céderons rien, bien au contraire.

Agir à la racine nous le faisons et le ferons toujours.

Les institutions seules,l’administration et tous les services de l’Etat ne suffiront pas, ne viendront à bout. C’est la nation toute entière qui doit se lever contre cet islamisme souterrain qui corrompt les enfants de France.

La vigilance et non le soupçon qui corrode, l’éveil raisonnable des consciences, c’est savoir repérer à l’école, au travail, dans les lieux de cultes, les relâchements.

Cela commence par vous serviteurs de l’Etat. L’Etat se doit d’être exemplaire. C’est un changement profond dans l’état pour retrouver la sève de la foi républicaine. Ne pas nous habituer jamais. Trop souvent nous avons pleuré, parlé, puis nous sommes revenus au quotidien comme si ce quotidien ne pouvait être habité par le pire, or c’est ce qui est arrivé.

Faisons bloc derrière les forces de l’ordre (…) Faisons bloc sans relâche contre ces idées mortifères qui ne reconnait notre façon de vivre.

Faisons bloc, tous ici réunis dans la Nation toute entière, face au terrorisme islamiste. Nous mènerons toujours le combat et à la fin nous l’emporterons car nous avons cette force d’âme nous le faisons pour nos morts pour nos enfants. Vive la République, vive la France. » (Emmanuel Macron)

Très tôt avant ce cours discours du Président, Christophe Castaner dans un silence assourdissant et oppressant, a décoré les 4 victimes de la folie meurtrière de Mickaël Harpon.

Damien Ernest, 50 ans était père de deux enfants. Major dans la police. Il était en poste à la direction du renseignement de la préfecture de police de Paris (DRPP)depuis 1991.

Anthony Lancelot, 39 ans, gardien de la paix, avait deux enfants et travaillait à la DRPP. Il a été poignardé au thorax par Mickaël Harpon. L’agent avait deux frères et deux enfants de moins de dix ans.

Brice Le Mescam, 38 ans. Adjoint administratif au sein de la DRPP depuis 2013, était célibataire et sans enfant.

Aurélia Trifiro, 39 ans, était engagée dans la police depuis 2002. Elle était membre du soutien opérationnel à la direction de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne.

Le jeune agent de la paix de 24 ans qui a abattu Mickael Harpon était en poste seulement depuis 6 jours, il sera décoré également de la Légion d’Honneur. Le jeune gardien de la paix a demandé à être « décoré ultérieurement » et non ce mardi.

La policière blessée était présente dans cette émouvante cérémonie.

Le tueur Mickaël Harpon

Révélée par les médias, une clé USB aurait été récupérée par les enquêteurs de la Brigade criminelle, au bureau du tueur Mickaël Harpon, contenant  des dizaines de milliers de données dont des informations confidentielles. Un listing où se trouveraient les noms et adresses de policiers et des dizaines de noms de collègues de la Préfecture. Mais aussi des images de décapitations, preuves que le martiniquais était bien radicalisé.

Christophe Castaner a été auditionné  aujourd’hui par la Délégation Parlementaire au Renseignement et au Sénat où il décrit « une réunion très positive ».

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Acus Dothy
Images capture d’écran C’news Actus Dothy