Chlordécone : Lettre ouverte adressée aux Maires de Martinique

Mis en ligne par admin, le
Publié dans : Actualites, Martinique
Mots clés :

Lettre ouverte adressée aux Maires de Martinique par le « Collectif Zéro Chlordécone Zéro Poison » en date du 8 décembre.

« Mesdames et Messieurs Maires de Martinique

Nous, Collectif Zéro Chlordécone Zéro Poison précédemment Collectif contre l’Épandage Aérien et l’Empoisonnement de Martiniquais crée en juillet 2012, sommes un regroupement et de martiniquais.e.s, de collectifs et d’associations militant.e.s soucieux de leur devenir.

Pour ce faire, nous initions plusieurs fois par an, des actions et mobilisations afin d’obtenir des avancées significatives dans notre combat pour la reconnaissance de l’empoisonnement de la population martiniquaise au chlordécone, pour sa prise en charge et pour la mise en place de solutions de protection de l’ensemble des martiniquais.

À ce titre-là, et à la lueur des enseignements et révélations apportées par la Commission d’enquête Parlementaire sur le chlordécone nous vous exhortons à prendre toutes les dispositions nécessaires à l’arrêt de l’utilisation de tous les pesticides portant atteinte à
la santé de la population, à la faune et à la flore, et qui menacent également notre existence et celle des générations futures.

En effet, il nous paraît primordial que les hommes et femmes politiques de Martinique sortent du silence, et prennent part à leur tour à la défense des intérêts supérieurs de la Martinique.
● À ce propos, nous revendiquons la prise en charge et la mise en place de solutions de protection pour l’ensemble de nos compatriotes, telles que :
➢La récupération d’eau de pluie pour les établissements scolaires, dans l’immédiat.
➢Mise à disposition dans vos mairies d’une cartographie indiquant la provenance des eaux de sources.

● Nous Rappelons que :
➢ Pendant plus de 15 ans, les bananeraies de
Martinique ont été traitées, parfois plusieurs par an à raison de 3 kg par ha et par application soit au moins 300 tonnes de substances actives déversées dans nos sol;.
➢14 500 sur 22 000 hectares de terres agricoles sont polluées par le Chlordécone;

➢Nos écosystèmes sont pollués (cours d’eau, mangrove, côtes maritimes);
➢Les animaux d’élevage sont contaminés;
➢En 2016, la Martinique a détenu le record mondial du cancer de la prostate avec en moyenne 227,2 cas pour 10 000 (la Norvège deuxième pays le plus touché, compte 129,7 cas pour 200 000; La quasi totalité des corps des martiniquais sont contaminés au Chlordécone.

● Ajouté à cela:
➢Le glyphosate, est le désherbant le plus utilisé en Martinique;
➢La moyenne nationale d’utilisation de ce produit en 2018 est de 0,326kg/ha;
➢ La Martinique est à la 3ème place des départements utilisant le plus le glyphosate avec 1,14/ha;
➢Le principe actif du produit est une môlecule classée cancérogène probable.

● Ajouter à cela encore:
➢L’Asulox, ​un Pesticide aussi Dangereux que le Chlordécone..​cet herbicide retiré mais toujours
utilisé en Martinique.
➢Un autre scandale sanitaire qui se profile.

➢En effet, vous n’êtes pas sans savoir qu’à la demande des Gros Producteurs de la canne à sucre le CR (Coordination Rurale Martinique et Guadeloupe), un maire de Martinique accorde une dérogation de l’ASULOX en 2012 à l’État français qui a accepté, alors qu’en France métropolitaine l’Asulox a été retiré !
➢Nos marins pêcheurs, qui sont directement impactés, dénoncent l’utilisation de l’ Asulox dans la canne !
➢Notre terre est déjà gorgées de pesticides, rajouter en plus au Chlordécone et aux autres pesticides, nous avons effectivement le génocide parfait !

N’a-t-on rien retenu du scandale sanitaire engendré par le chlordécone ?
Aujourd’hui, il n’est plus un secret que l’usage de ses pesticides, perturbateurs endocriniens combinés à la pollution par le Chlordécone créé un effet cocktail dont on redoute déjà le pire pour nos vies et celles de nos générations à venir.

Comme l’a soutenu Dr Jos Pelage (Présidente de l’Association Médicale de Sauvegarde de l’Environnement et de la Santé ), un tel effet cocktail devrait déclencher l’application absolue du principe de précaution.

Voilà les tristes réalités auxquelles nous sommes confronté.e.s et auxquelles nous devons faire face. L’enjeu économique ne doit pas balayer celui de la santé humaine, scénario auquel nous assistons au détriment de notre population. Cela implique avant toute chose une volonté politique ferme, audacieuse et sans faille.

À l’aube des prochaines élections municipales, il nous semble judicieux en effet de vous désolidariser de ceux qui, en d’autres temps, ont permis, favorisé ce que l’on peut désormais qualifier de génocide du peuple martiniquais en fermant les yeux.

Il serait temps en effet que vous vous inscriviez en rupture avec des pratiques anciennes et préjudiciables et que vous honoriez enfin les mandats que vous ont confiés vos électrices et électeurs.

De nombreuses prises de position se sont imposées dans plusieurs régions de France.
Soucieux de protéger la santé de leurs administrés des effets toxiques de ces produits, des maires de tous bords politiques multiplient les arrêtés anti-pesticides dans l’hexagone.

Pour exemple :
➢plusieurs maires du Nord (Trenon, Anor, Moustier-en-Fagne et Wignehies…) ont édicté des arrêtés münicipaux pour encadrer l’utilisation des pesticides dans leurs communes.
➢À Sceaux dans les Hauts-de-Seine, le maire à tout bonnement interdit le glyphosate sur tout le territoire de sa commune.
➢À Malakoff en Haut-de-Seine, à Pierrelaye (Val d’Oise) à Val-de-Reuil (l’Eure) les maires ont également pris des arrêtés anti-pesticides.

51 maires en tout ont pris une position anti- pesticides.
Messieurs et dames, Maires de Martinique, Il y a urgence à protéger les intérêts sanitaires des Martiniquais susceptibles d’entrer en contact avec ces nouveaux produits de traitements phytosanitaires toxiques.

Nous ne pouvons plus attendre la promesse du gouvernement d’interdire « dans ses usages principaux » d’ici 2021, et pour « tous les usages » d’ici à cinq ans, qui ne rassure pas la population et ne devrait pas vous rassurer non plus.

C’est la raison pour laquelle, nous Collectif Zéro Chlordécone Zéro Poison, nous nous adressons à vous afin d’exiger de vous la mise en pratique de votre devoir de protection. Nous vous exhortons à prendre avec courage vos responsabilités et à être à la hauteur des mandats qui vous ont été confiés par les familles martiniquaises aujourd’hui en grand danger.

Au nom du principe de précaution, au nom de la confiance placée en vous, au nom de la survie du peuple Martiniquais, nous vous appelons :

1 – À prendre sans délai un arrêté municipal afin d’interdire purement et simplement sur vos territoires communaux, l’usage des pesticides et autres produits phytosanitaires dont l’effet cocktail dans les corps est dévastateur pour notre population.

2 – À initier un décompte des terres saines en friche afin qu’elles soient à mises à disposition des agriculteurs et éleveurs qui voient leur gagne-pain remis en cause et qui participent à leurs corps défendant à cet empoisonnement de masse.

3 – À assurer obligatoirement une eau propre à la consommation à vos administré.e.s par votre devoir de contrôle. Soyez conscient.e.s qu’il est impératif de prendre urgemment cet arrêté afin d’affirmer votre volonté déterminée à agir en direction de la protection de nos familles.

Mesdames et Messieurs Maires de Martinique, à quatre mois des élections municipales nous attirons votre attention sur la détermination du Collectif Zéro Chlordécone Zéro Poison et nous saurons donc vous rappeler nos exigences et vos devoirs vis-à-vis de la population de Martinique dont vous avez la lourde charge de protection​.

Dans l’attente de votre réponse, nous vous prions de bien vouloir agréer Mesdames et Messieurs les Maires l’expression de notre considération et recevoir l’assurance de notre engagement.

Le Collectif Zéro Chlordécone Zéro Poison