Clarissa Jean-Philippe : Tout l’outremer réuni à Paris pour lui rendre hommage

Vues : 1387

Ministre, délégués associatifs, sympathisants, représentants du Gouvernement et du Sénat, conseillers municipaux, ils sont tous venus à la Basilique de Saint-Denis pour honorer la mémoire de la martiniquaise Clarissa Jean-Philippe.

20170108_111523

Après de nombreuses polémiques autour de l’isolement des parents et la sensation que la jeune fille décédée a été oubliée sur la liste des souvenirs, cette réunion a été vécue comme un soulagement pour les antillais.

dscn9731

Mais, malgré la mobilisation du Groupe GPX Outremer qui regroupe les policiers ultramarins dans l’hexagone et le CREFOM, le Conseil Représentatif des français de l’Outre-mer, les rendez-vous manqués autour de Clarissa Jean-Philippe laissent un goût amer, comme un événement oublié par les représentants de l’Etat.

dscn9736

Depuis Jeudi 5 janvier 2017 où une délégation conduite par le ministre de l’intérieur, Bruno Le Roux, a visité les différents lieux des attentats de janvier 2015 sans se déplacer à Montrouge où Amedy Coulibaly a commencé ses premières exécutions. Un sentiment d’injustice semblait gagner la plupart des ultramarins, choqués que la mort de la jeune antillaise soit passée sous silence ce jour de cérémonie nationale.

dscn9754

Pourtant selon José Althey, membre du Crefom, un long travail a été mené depuis six mois pour que cette période du souvenir soit réussie.
Il n’empêche que ce mois de commémoration est un triste souvenir pour les soutiens des proches de la policière originaire de la Martinique, Clarissa Jean-Philippe.

20170108_111930

Ce matin, dimanche 8 janvier 2017, la messe de l’épiphanie a permis à la délégation du Crefom de lancer deux jours d’hommages pour qu’on n’oublie pas la jeune femme du Morne-Rouge. Même si les antillais ne se sont pas déplacés à la Basilique Cathédrale de Saint-Denis (Nord de Paris), « Être ensemble » a donné l’occasion au Père Jean Jannin, d’évoquer la disparition prématurée de la jeune martiniquaise.

dscn9720

Sans affiches et sans les parents proches de Clarissa, cette messe du 8 janvier s’est déroulée dans la solennité. Étaient présents à ce moment du souvenir, au premier rang, la ministre des Outre-mer, Ericka Bareigts, les membres du Crefom, Jean-Michel Martial (Président), José Althey et Daniel Delin, délégués du Crefom et Jaklin Pavilla, l’adjointe au maire de Saint-Denis. Le Gouvernement ayant dépêché Frédéric Potier, conseiller de Bernard Cazeneuve pour l’Outremer.

20170108_113054

A 11h15, au moment de l’envoi, José Althey, de la délégation du Crefom a une nouvelle fois insisté sur le courage de la jeune policière de 26 ans, abattu froidement par Amedy Coulibaly. Le responsable du Cran a remercié très longuement les personnalités qui ont participé à la réussite de cette rencontre dominicale sur le thème du partage et du « sacrifice ».

20170108_112213

Un sentiment partagé par la ministre des Outre-mer qui soulignait à la Basilique Cathédrale, que ce moment de communion avec elle (Clarissa Jean-Philippe) est vécu comme un « moment important dans l’action de Clarissa Jean-Philippe. Une femme qui s’est mise en danger et s’est sacrifiée pour notre protection ».

20170108_112936

Ericka Bareigts pousse plus loin cette réflexion sur le thème de la tolérance et la diversité « n’oublions pas de penser à toutes les victimes des attentats en France » a ajouté la ministre devant les journalistes présents à la Cathédrale de Saint-Denis.

dscn9730

Dans le même temps, une cérémonie du souvenir dédiée à Clarissa Jean-Philippe se déroulait à Carrières-sous-Poissy où habitait la jeune policière municipale tuée le 8 janvier 2015 à Montrouge dans les Hauts-de-Seine.

Dorothée Audibert-Champenois/Fbook C’news Actus Dothy
Photos C’news Actus Dothy