Clash dans deux supermarchés entre une cliente et un collectif anti-masque obligatoire : C’était une mise en scène

Mis en ligne par admin, le
Publié dans : Actualites, Martinique
Mots clés : , ,

La vidéo a fait le buzz sur les réseaux sociaux. Un clash entre une cliente masquée et un groupe de personnes qui ne portaient pas de masques dans deux supermarchés en Martinique. En réalité, c’était un coup monté.

Le collectif « Vivre libre, liberté de respirer » avait tout prévuUn client a donc filmé la scène pensant assister à une violente altercation entre une pro-masque obligatoire et un anti-masque obligatoire. Sa vidéo a fait le tour des réseaux sociaux mais il ne s’agissait pas d’un vrai esclandre mais d’une mise en scène.

L’objectif : sensibiliser les gens à notre mouvement en faveur du respect de nos droits humains à travers une scène, désormais quotidienne, où les pro-masques obligatoires invectivent celles et ceux qui pensent différemment.

Voici le communiqué du collectif « Vivre libre, liberté de respirer » :

Clash dans deux supermarchés : un coup monté
Deux supermarchés de Fort-de-France ont été le théâtre d’un esclandre entre une cliente pro-masque et un groupe de personnes non masquées. En réalité, il s’agissait d’un flash mob/happening organisé par le collectif « Vivre libre, liberté de respirer » pour dénoncer les mesures liberticides, contre- productives et incohérentes décidées par le gouvernement. Rappelons que la Martinique a eu à déplorer 31 décès depuis mars 2020.

Le collectif « Vivre libre, liberté de respirer » avait tout prévu : la captation vidéo par un client témoin, le buzz puis la révélation. Un client a donc filmé la scène pensant assister à une violente altercation entre une pro-masque obligatoire et un anti-masque obligatoire. Sa vidéo a fait le tour des réseaux sociaux mais il ne s’agissait pas d’un vrai esclandre mais d’une mise en scène. L’objectif : sensibiliser les gens à notre mouvement en faveur du respect de nos droits humains à travers une scène, désormais quotidienne, où les pro- masques obligatoires invectivent celles et ceux qui pensent différemment. Le collectif a réalisé une vidéo explicative qu’il a, à son tour, diffusé sur les réseaux et notamment sur sa page Facebook.

Le collectif milite en faveur :
– d’un investissement massif dans un système de santé digne de ce nom qui ne trie pas les malades ni ne les renvoie chez eux faute de moyens humains et matériels ;
– du traitement des malades du Covid-19 (notamment le protocole du Pr Raoult qui prévoit de les soigner précocement) ;
– du renforcement du système immunitaire dont il n’est jamais question ;
– du respect de la démocratie ;
– de la justice sociale ;
– de la liberté de soin, de circuler, de travailler, de loisirs, d’expression, de penser… de
vivre ;
– de la levée du confinement et de l’Etat d’urgence, cadre légal disproportionné avec la
réalité.

Le collectif s’oppose :
– à l’obligation du port du masque par les adultes et les enfants dont les effets nocifs sont : la diminution de l’apport en oxygène, l’augmentation de l’inhalation de toxines, la détérioration du système immunitaire, l’augmentation du risque de virus ; en sachant que tissage des masques laisse passer le virus SARS COV 2 qui mesure entre 20 et 60 nanomètres) ;
– à la généralisation des tests PCR invasifs, dangereux (vs. oropharyngés) et inutiles lorsque le sujet est asymptomatique ;
– au confinement des populations ;
– à la fermeture d’entreprises ;
– à la vaccination prévue « courant le printemps 2021 » comme nous l’a prédit M.
Delfraissy, président du Comité scientifique, en parlant « d’innovation » sur France Inter.

Le collectif s’indigne contre la gouvernance par la peur hautement toxique pour la santé mentale et physique :

– les inexactitudes répétées des autorités et les techniques de manipulation à propos des masques, des traitements médicaux non pratiqués, des restrictions de la liberté de prescription des médecins, des statistiques mal interprétées (décès imputés au Covid- 19, nombre de « cas » qui en médecine signifie « malade », des glissements sémantiques…) ;
– l’inéluctable faillite sociale, économique et morale de notre pays, la paupérisation de la population, l’augmentation des cas de détresse (divisions dans la population, violences conjugales et intrafamiliales, dépressions, suicides, maltraitance des élèves, maltraitances des parturientes…) ;
– le climat de méfiance, de délations entre citoyen·ne·s généré par une gestion politique agressive, autoritaire et anxiogène de la crise.
Un collectif pour mobiliser les énergies des êtres conscient·e·s et éveillé·e·s vers un futur profondément humain.

Composé de citoyen·e·s, ce collectif s’est formé à l’initiative du Dr Fernand Dobat-Chauleau, médecin généraliste et de Suzanne Delaunay-Belleville, psychopraticienne spécialisée en Relations d’aide, praticienne en hypnose ericksonienne. Ils ont réussi à rassembler environ 300 personnes résistantes en seulement trois semaines.

Le collectif entend mobiliser les consciences, faire adhérer les plus sensibles des Martiniquais·e·s à un large mouvement de sursaut collectif.