Colère de la romancière martiniquaise, Nicole Cage, qui fustige la culture du « fann tchou» à l’égard de nos artistes (Vidéo)

Rédigé par : Polly Miette, le
Publié dans : Actualites, Martinique
Mots clés : , ,

La poétesse et romancière martiniquaise, Nicole Cage, lance dans une vidéo un coup de gueule contre la culture du « fann tchou » que certains étalent sans complexe sur les réseaux sociaux, n’hésitant pas à démolir leurs compatriotes dont les artistes qui osent parler de leurs difficultés liées à la crise sanitaire de la Covid-19.

A l’origine de sa colère, de violentes critiques d’internautes à la suite d’une vidéo postée par l’artiste Orlane dans laquelle la chanteuse dit redouter l’impact catastrophique d’un reconfinement sur les artistes.

D’origine réunionnaise, Orlane n’est pas une inconnue pour les Martiniquais qui l’ont adoptée depuis bien longtemps.

Dans sa vidéo, elle dénonce notamment la précarité dans laquelle le premier confinement, de mars dernier, l’a plongée ainsi que de nombreux autres artistes de l’île.
« Quelles sont les aides qui seront allouées aux artistes ? », demande-t-elle dans cette vidéo aux autorités, face au reconfinement de la Martinique prévu pour trois semaines.

Par solidarité, la poétesse Nicole Cage dont la notoriété a franchi depuis bien longtemps les frontières de l’île, a relayé la vidéo d’Orlane sur sa page Facebook afin de sensibiliser et alerter sur la situation dramatique des artistes martiniquais.

Mais cette intellectuelle était loin d’imaginer de devoir censurer des commentaires d’internautes tant la violence de leurs messages « injurieux et blessants vers l’une de (ses) soeurs » l’ont indignée.

« Man pa sav si man pli chimérik ki faché men antouléka man kôlè ! », écrit Nicole Cage dans un message qui accompagne sa vidéo.

La romancière ne mâche pas ses mots à l’égard de ceux passent leur temps à dézinguer leurs compatriotes. « Qu’est-ce qui nous arrive ? », s’interroge-t-elle, avant d’ajouter : « quand est-ce qu’on arrête de taper sur nous-mêmes. (…) Quand est-ce qu’on s’aime ? Quand est-ce qu’on se respecte ? »

La poétesse a reçu de nombreux soutiens.
Récompensée par de nombreux prix internationaux pour ses nombreux poèmes traduits dans plusieurs langues étrangères dont le chinois, le suédois, le roumain, le bengali ou encore le libanais, Nicole Cage ne décolère pas.

Ecoutez sa vidéo :