Concert Max Cilla à l’Atrium : 40 ans de carrière

Vues : 9

max-cilla-concert-atrium-21-decembre-2010

Max Cilla est en concert à l’Atrium ce mardi 21 décembre 2010 à partir de 20 heures, salle Aimé Césaire.

Le maître de la flûte traditionnelle, que son pays nomme «Le Père de la Flûte des Mornes», fête ses 40 ans de carrière sur scène ce soir.

Les Mornes désignent les régions montagneuses aux Antilles, les hauteurs du pays. C’est aussi la campagne profonde, «les grands bois» qui inspirent des rêves mystiques et animent l’imagination des conteurs et des poètes. Il en a donc fait un symbole vivant, dont le souffle propulse et anime les énergies de la Vie, de la Joie, de la Lumière…

Dès 1970, Max Cilla a défendu les qualités de la flûte, non seulement en tant qu’instrument spécifique, mais en tant que vecteur d’un style d’expression musicale propre à nos campagnes. Il lui a fallu persévérer de longues années pour faire émerger cette flûte, dans un contexte où l’aliénation générale la destinait à disparaître. Ses recherches lui ont permis de mettre au point une méthode de fabrication précise de ces flûtes dans toutes les tonalités, et, de créer une tablature proposant un champ de possibilités techniques plus vaste.

Dans le même temps, il a composé des pièces à caractère traditionnel et d’autres de musique savante qui, de nos jours, font partie des classiques martiniquais. Tout ceci a contribué à ce que, au début des années 1980, les critiques d’ art , toute la presse du pays et l’opinion publique l’ont reconnu comme le précurseur de notre flûte traditionnelle et lui ont donné le titre de «Père de la Flûte des Mornes». Auteur, compositeur, interprète, facteur d’instruments, leader de groupe musical dont les compositions sont inspirées de l’oralité rurale martiniquaise, Max Cilla, après 40 ans de carrière, offre une musique d’une spiritualité universelle et d’enracinement, pleine de vie , joyeuse et dansante: harmonieuse alliance de mélodies et de rythmes.

Max Cilla a été de ceux qui ont formé Eugène Mona. Et l’homme n’en est pas peu fier. « Ce concert de deux heures minimum, avec une bonne palette d’artistes et des invités (Nawal, chanteuse-musicienne des Comores et José Cuchy, contrebassiste – chanteur de la diaspora vénézuélienne parisienne) sera l’occasion de retrouver le public martiniquais pour lui présenter l’ensemble de mon répertoire composé de musique traditionnelle et cubaine. »

Tarifs : de 12 à 30 euros.

Infoline : 0596.60.78.78.