Confinement : Les footballeurs professionnels commencent à présenter des signes de dépression

Rédigé par : Polly Miette, le
Publié dans : Actualites, Monde, People, Sportifs
Mots clés : , ,

Sevrés de match pour cause de confinement, les footballeurs professionnels ont le blues et certains présentent déjà des symptômes de dépression, au point que la situation inquiète les fédérations.

« Tout n’est pas rose loin du rectangle vert, font valoir psychologues et syndicats de joueurs, qui constatent depuis un mois des symptômes inquiétants parmi les footballeurs professionnels dont le quotidien, jusque-là confortable et très cadré, a été bouleversé par la pandémie de Covid-19 », rapporte mardi le Journal Ouest-France.

Une enquête du syndicat mondial des joueurs Fifpro, publiée lundi et menée sur 1600 sportifs en Angleterre, France, Suisse, Afrique du Sud, Belgique ou encore aux États-Unis, montre que “22 % des joueuses et 13 % des joueurs ont fait état de symptômes compatibles avec le diagnostic d’une dépression”, précise le quotidien.

« Sans passion, un sportif ne va jamais bien loin”, a résumé samedi le quintuple Ballon d’Or Cristiano Ronaldo auprès de l’agence de presse portugaise Lusa.

« Certains joueurs se sont retrouvés financièrement étranglés après avoir cédé à des achats compulsifs pour tromper leur ennui », rapporte Ouest-France.
L’incertitude financière est l’une des pricipales sources d’angoisse pour ces sportifs aux carrières certes rémunératrices, mais très courtes.

Les joueurs professionnels de divisions inférieures, sont plus exposés que les stars multimillionnaires, constate le journal.

Pour autant, l’équilibre mental et émotionnel de ces derniers inquiètent les fédérations. « Ils n’ont qu’un centre d’intérêt (le foot) et sans cela, ils sont perdus, en manque, au contraire de sportifs moins aisés qui étudient, qui travaillent. »

« Ils étaient dans leur bulle et maintenant, ils sont perdus car ils pensaient que la période de confinement ne serait pas aussi longue”, analyse Philippe Godin, psychologue du sport à l’université belge de Louvain.

« On dit que la paresse est la mère de tous les vices. On y est”, affirme-t-il, décrivant « des joueurs qui se ruent sur les jeux, l’alcool, le sexe… »

Photo : Yahoo Actualité