Corinne Mancé-Caster : Peur, honte, violence, racisme dans « D’autres vies sous la tienne »

Comme une prémonition, Corinne Mancé-Caster nourri sa passion de l’écriture à Rivière-salée au quartier de Petit-Bourg à la Martinique. A l’endroit même où grandi Joseph Zobel, l’auteur de la Rue Cases-Nègres, qui décrit son quartier d’enfance dans les années 1930. La renommée de Corinne Mancé-Caster est en passe de rivaliser avec ce grand homme. La martiniquaise signe cette année son neuvième ouvrage, « D’autres vies sous la tienne ». Un roman qui mêle magie et secrets dans un monde étouffé par les non-dits, les apparences, la violence physique et l’amour.

«D’autres vies sous la tienne» donne une nouvelle fois l’occasion de retracer le parcours d’une universitaire hors pair.

Mérine Céco est encore Corinne quand elle naît à Schoelcher dans une famille d’enseignants où dit-elle, «les livres ont toujours été présents et on nourri mon imaginaire». A sept ans la petite Corinne écrit déjà et ses parents savent que c’est une activité importante pour elle, ils l’encouragent. Alors la fillette décide qu’elle enseignera à l’Université. Un calcul qui intègre sa passion de future femme de Lettres, elle le répète : «Enseigner, c’est un métier très libre et créatif qui laisse du temps pour l’écriture». La jeune fille termine alors un parcours universitaire de qualité.

Corinne Mancé-Caster est professeure d’Universités, agrégée d’espagnol et titulaire d’un doctorat et d’une HDR (habilitation à diriger des recherches) en traductologie et linguistique hispanique. En 1994 démarre sa carrière comme attachée temporaire d’enseignement et de recherche. Durant dix ans, elle est maître de conférence puis professeur des universités en 2007. Deux ans plus tard, la martiniquaise est doyenne de la faculté de lettres et de sciences humaines. De 2009 à 2012, elle occupe le poste de vice-présidente du Cevu (Conseil des études et de la vie universitaire). L’année 2008, Corinne Mancé-Caster est promue, directrice du centre de recherches interdisciplinaires en lettres, langues, arts et sciences humaines.
Enfin, de janvier 2013 au 31 août 2016, elle devient présidente de l’Université des Antilles-Guyane jusqu’à l’indépendance de l’Université de la Guyane.

Sa nouvelle vie c’est à Paris qu’elle l’entame, quand elle démissionne de son poste de présidente et commence une nouvelle vie professionnelle à la Sorbonne. En marge de ses fonctions universitaires, Corinne Mancé-Caster alias Mérine Céco est une femme active auprès des associations culturelles, des migrants, des étudiants et des jeunes en difficulté qu’elle croise. Aider à réfléchir, libérer la parole, favoriser la reconstruction de soi, sont ses moteurs d’actions, affirme l’ancienne présidente de l’Université des Antilles-Guyane.

Femme d’actions, elle est surtout écrivaine. Son dernier livre « D’autres vies sous la tienne » sera traduit et édité en allemand en mars 2020. Son thème universel «sur les séquelles généalogiques des traumatismes collectifs, sur la tentation du silence chez les victimes de traumatismes», en fait de « D’autres vies sous la tienne » un nouvel ouvrage de référence pour ses lecteurs.

Mérine Céco écrit chaque jour de 22 heures à 1 heure du matin, moment de repos et moment de long silence où elle s’inspire et travaille le mieux son imaginaire. Sa longue lettre compilée dans ce nouveau roman explore toutes les douleurs des femmes à différentes étapes de leur vie, d’arrière-grand-mère, de grand-mère, de mère, de fille. Le roman qui se déroule aux Antilles, décrit les peurs et les inquiétudes quand les dorlis et zombies font leurs rondes nocturnes, jusqu’au racisme qui met à mal, la confiance en soi des femmes noires qui vivent en métropole. Le viol, la perte de la virginité seront évoquées parmi d’autres violences faites aux femmes. Le silence et l’isolement, les départs et les rencontres et la trahison se chahutent avec violence et intensité dans ce livre de 238 pages.

Cet ouvrage rattrape les préoccupations des citoyennes d’aujourd’hui quand les chiffres indiquent le taux élevé du nombre de féminicides chaque année en France et en Outre-mer. Mérine Céco est invitée sur les radios de la diaspora, à Télésud, par des associations culturelles africaines et antillaises d’Île-de-France où elle continuera la promotion de « D’autres vies sous la tienne ».

Corinne Mancé-Caster est Mérine Céco quand elle écrit, désormais installée à Paris, elle est de toutes les rencontres littéraires. L’écrivaine originaire de Schoelcher à la Martinique participait à la Plume Antillaise et d’Ailleurs, le samedi 12 octobre 2019 :

Peurs, hontes, secrets et intimités dans «D'autres vies sous la tienne» (C'news Actus Dothy)

MARTINIQUE – LITTERATURE – VIOLENCES FAITES AUX FEMMES : Corinne Mancé-Caster alias MERINE CECO a grandi dans le quartier de Petit-Bourg, plusieurs décenies avant l'auteur de la Rue Cases Nègres, Joseph Zobel. ECRIVAINE comme lui, elle sort son nouveau roman qui décrit les PEURS et la HONTE dans une famille qui aura la "CAPACITE" de s'en libérer par la PAROLE. Reportage Dorothée Audibert-Champenois. C'news Actus Dothy Antillesboxmail – Dothy

Publiée par Antillesboxmail – Dothy sur Dimanche 17 novembre 2019

Reportage Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news actus Dothy
Images et vidéo C’news Actus Dothy/Antillesboxmal