Coronavirus : Ce qu’il faut savoir à l’issue de la réunion entre le préfet, les parlementaires et les présidents de la CTM

Ce jeudi 27 février, la député Catherine Conconne a fait un compte-rendu de la réunion entre le Préfet, l’ensemble des parlementaires et les présidents de la collectivité territoriale pour d’abord informer de l’actualité de la crise sanitaire mais aussi évoquer les dispositions à prendre quant à la protection de nos populations.

Cette réunion était utile pour obtenir des informations précises, indique-t-elle. « La vigilance des autorités s’organise comme partout en France depuis plusieurs jours. Les parlementaires et élus présents ont tous insisté sur cette communication efficace à entretenir afin d’éviter ainsi panique et affolement inutiles » précise Catherine Conconne.

Voilà ce qu’il faut savoir à l’issue de cette réunion :

1 / la Martinique vit dans le monde donc ce phénomène peut nous concerner comme n’importe quel pays. La pandémie évolue et touche même des gens qui n’ont pas voyagé.
2 / l’information officielle sera la plus fréquente possible et s’adaptera à la situation au quotidien.
3 / la Martinique reçoit tous les jours des voyageurs par centaines par mer et par air qui viennent du monde entier y compris nous-mêmes qui sommes aussi de grands voyageurs.

4 / l’ARS est présente au port et à l’aéroport pour le contrôle des personnes qui auraient des inquiétudes sur leur état de santé
5 / le CHUM a pris les dispositions pour accueillir les éventuels malades (salle à pression négative,…..). Le service du Pr Cabier reconnu en infectiologie a reçu le matériel d’analyse nécessaire et se tient prêt.

6 / les symptômes ressemblent à ceux de la grippe qui a tué, je le rappelle plusieurs personnes en Martinique cette année. Eh oui !
7 / en cas de doute, après un voyage en zone délicate ou un contact avec une personne infectée, appeler le 15 sans vous déplacer chez un médecin ou à l’hôpital
8 / en attendant, lavage fréquent des mains et port du masque pour éviter projection de salive en cas d’infection. Le stock de masques sur notre territoire est très important et doit être réservé aux personnes malades.